Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (3) Par delà les grandes périodes : aires non-occidentales et approches thématiques

Voir les billets précédents : Présentation et résultats généraux de l’enquête et Les quatre périodes canoniques.

Un intérêt non-négligeable pour l’histoire des aires non-occidentales

Une partie du questionnaire proposé aux étudiants pour étudier leur goût pour l’histoire portait sur les segments de cette histoire qui ne concernent pas le monde européen et occidental. Une question proposait aux étudiants d’indiquer s’ils avaient ou non de l’intérêt pour l’histoire de huit grandes aires (Monde arabo-musulman, Afrique précoloniale, Amérique précolombienne, Civilisations d’Extrême-Orient, Civilisation indienne, Civilisations de l’Australie et du Pacifique). La question invitant à donner des réponses libres sur les sujets préférés a permis également de recueillir quelques éléments qualitatifs supplémentaires.

C’est l’Amérique précolombienne qui suscite le plus d’intérêt, puisqu’elle est motive trois étudiant.es sur cinq (60%). L’histoire de l’Amérique (latine ou du Nord) fait l’objet de sept réponses spontanées : six concernent la « découverte », la « conquête » et la « colonisation », par les Européens, de cette partie du monde. Une étudiante cite « les dictatures en Amérique latine au XXe siècle ». Toutes ces réponses concernent des L2 ou des L3, qui ont eu des enseignements sur ces thématiques durant ces deux années.

Les civilisations d’Extrême-Orient intéressent 53 étudiantes et étudiants (47% des réponses), surtout d’ailleurs les étudiant, qui sont 33 à dire aimer ce thème, contre 20 femmes. Les étudiants sont par ailleurs six à citer des éléments de l’histoire japonaise comme sujets de leur intérêt : deux « la civilisation japonaise », deux « le Japon féodal », un « le Japon médiéval », un « l’unification du Japon par Oda Nobunaga » (il ne s’agit que de L2 ou de L3). La Chine est, elle, citée cinq fois, soit de façon générale (« la civilisation chinoise », trois fois), soit sur un période précise (« les trois royaumes », « la guerre de Chine du Ve siècle »). La civilisation coréenne est également citée une fois.

La civilisation arabo-musulmane suscite l’intérêt de deux étudiants sur cinq, mais cela se retrouve peu dans les réponses demandant des sujets plus précis. « L’islam médiéval » et « l’Empire ottoman » sont tous deux cités deux fois, « l’histoire du Moyen Orient » au XXe siècle une fois.

Les autres espaces, qui n’intéressent que moins d’un tiers des étudiant.es, ne suscitent aucune réponse spontanée plus précise. Ils témoignent cependant de l’ouverture des étudiant.es vers d’autres espaces que ceux de l’histoire française, européenne ou occidentale.

Part des étudiant.es se disant intéressé.es par l’histoire des aires non-occidentales.

Les thèmes préférés des étudiant.es : des perspectives classiques

A lire les réponses spontanées donnés par les étudiant.es sur les sujets plus précis qui les intéressent, on remarque là encore une grande diversité des goûts. La plupart des réponses sont uniques ou ne concernent que deux ou trois étudiant.es.

L’histoire des guerres et du fait militaire est le thème qui génère le plus de réponses spontanées : on en compte 33 occurrences différentes. Neuf concernent le XXe siècle, huit les guerres médiévales, sept celles de l’Empire. Celles de l’époque moderne ont quatre occurrences, celles de l’Antiquité deux. Mais ce chiffre de 33 est sous-estimé, car lorsque les étudiant.es évoquent leur intérêt pour des faits événementiels comme « la chute de l’Empire romain » (citée deux fois), ou bien pour des faits d’histoire des relations internationales (dix occurrences) comme « la Guerre froide » ou « l’histoire du Moyen Orient du XXe siècle », la dimension militaire est forcément extrêmement présente dans leurs préoccupations, de façon implicite dans leur façon de formuler les thèmes qui ont leur préférence.

Ordre de mobilisation générale, 1939 (c) BnF/Gallica

L’histoire du politique reste également un mode d’entrée privilégié dans l’histoire. Fait notable cependant, parmi les 18 occurrences qui peuvent être rapprochés de ce domaine-là, une seule renvoie à l’avant 1789 (« vie politique à Rome [dans l’Antiquité] »). C’est donc l’histoire contemporaine qui est vue essentiellement par le prisme du politique avec des centres d’intérêt très généraux comme « la vie politique au XIXe siècle », « l’histoire constitutionnelle de la France depuis la Révolution », ou encore « la politique française au XIXe et au XXe siècle » (cités chacun une fois). Le « socialisme » et le « marxisme » (cités trois fois) sont le seul grand courant idéologique figurant tels quels dans les réponses, mais les « extrêmes » et les « totalitarismes » de l’entre-deux-guerres reviennent trois fois, le « Vichysme » et « les dictatures en Amérique latine au XXe siècle » une fois. Certains événements politiques sont également cités, comme « la Commune » (deux fois), « mai 68 » ou « la fin de l’URSS » (une fois). L’intérêt pour l’histoire des « révolutions » et des « insurrections », toujours à l’époque contemporaine, est présent dans trois réponses.

Un autre élément qui revient souvent dans les réponses – une quinzaine de fois – renvoie à une sorte d’approche plus sociale de l’histoire, mais jamais exprimée en ces termes (les mots « social » et « société » n’apparaissent en tout et pour tout que quatre fois), et renvoyant plutôt au concept de « vie quotidienne » : la « vie durant l’Antiquité », la « vie durant le Moyen Âge », la « vie au XVIIIe siècle », les « pratiques quotidiennes dans la société », la « vie des civils au XXe siècle »… La notion est parfois plus précise (« vie sociale à Rome », « vie des pauvres en France aux XVIIe-XVIIIe siècles », « vie des campagnes françaises à l’époque moderne », « vie ouvrière au XIXe siècle »). Tous ces éléments montrent néanmoins l’expression d’une sensibilité particulière à une histoire du quotidien, au plus près des préoccupations et des modes de vie ordinaires des femmes et des hommes du passé.

Louis-René Nougier, Pierre Probst, La Vie privée des hommes. « Au temps des Anciens Égyptiens », Paris, Hachette, 1983.

L’histoire du fait religieux revient dans onze occurrences, qui ne concernent que les périodes ancienne et médiévale. Les mythologies antiques sont les plus citées (six fois) mais le christianisme l’est également deux fois (« religion au Moyen Âge », « Les sociétés pré-christianisme de l’Antiquité et du haut Moyen Age, et l’histoire de leur conversion », « histoire du Christianisme et des Églises, de papauté, du clergé catholique »), tout autant que l’islam (médiéval).

L’histoire culturelle est également présente dans une dizaine de réponses. Cette expression académique est d’ailleurs la seule à être citée telle quelle (deux fois), alors que celles d’ « histoire politique », « histoire sociale », « histoire militaire » ou « histoire économique » ne le sont jamais. Il faut dire que cette thématique est une spécialité du département d’Histoire de l’UVSQ, et qu’elle fait par conséquence l’objet d’un enseignement spécifique (« Introduction à l’histoire culturelle ») dès le 2e semestre de L1. Aussi des thématiques plus précises sont-elles citées, souvent en lien avec les enseignements reçus plus ou moins récemment (il n’est ainsi pas à exclure que certaines réponses soient guidées par le plaisir pris à étudier dans un passé récent telle ou telle thématique vue en cours, sans que cela signifie un attachement intellectuel profond à ladite thématique) : « histoire des pratiques culturelles », « histoire du spectacle », « histoire des représentations », le « journalisme au XIXe siècle », « le divertissement au XIXe siècle ». Mais on trouve aussi des approches plus classiques relevant davantage d’une histoire des arts avec lesquelles les étudiants sont en général plus familiers, comme « « art et musique au Moyen Âge », « évolution de la musique [à l’époque moderne] »). L’histoire de la mode, du costume et/ou de la beauté est également citée, trois fois, et uniquement par des étudiantes, ce qui est également le cas de l’histoire du sport (dans le monde grec et au XIXe siècle), citée deux fois.

L’histoire du genre et des femmes n’est en revanche citée que par cinq étudiantes (et par aucun étudiant) : deux fois de manière générale (« histoire des femmes »), deux fois de manière plus précise (« évolution des droits des femmes », « femmes dans l’Antiquité », « virilité et homosexualité au XIXe siècle »). Un seul personnage historique féminin est par ailleurs cité, comme on l’a vu : Jeanne d’Arc.

D’autres sont thèmes moins faciles à ranger dans telle ou telle catégorie sont également cités, souvent en lien, là encore, avec des enseignements du programme de la Licence, comme « l’histoire de la justice et du crime », « l’histoire de la santé et de l’hygiène », ou encore « l’histoire des sensibilités environnementales », ou « l’histoire de Paris » (une fois chacune). A noter enfin l’intérêt d’une étudiant.e pour l’histoire de l’aviation.

En somme, goûts et préférences en termes d’approches thématiques restent relativement classiques, dans la mesure où ce sont les perspectives de l’histoire du politique, des relations internationales et des guerres qui constituent les principaux centres d’intérêt des étudiant.es. Et il en va de même, bien que dans une moindre mesure, pour l’histoire du fait religieux – et essentiellement du fait mythologique – et pour la vie quotidienne de nos ancêtres. Ces penchants témoignent du poids persistant chez les étudiant.es d’une culture historique construite à une époque de la vie où les productions culturelles proposées renvoient davantage à ces thématiques qu’aux problématiques d’une histoire universitaire. Des perspectives moins anciennes et moins vulgarisées, comme l’histoire des femmes ou du genre, suscitent moins d’intérêt. L’histoire culturelle est une exception liée aux particularités thématiques des enseignements de la Licence d’Histoire.

Ce cas montre bien cependant, comme d’ailleurs l’intérêt manifesté pour l’histoire de certaines aires non-occidentales abordée dans les enseignements de Licence, à quel point le passage par l’Université peut concourir à modifier les tendances héritées de la culture historique initiale, dont il peut être intéressant d’étudier tant la façon dont elle s’est constituée (billet 4) que celle dont elle est entretenue en parallèle de la formation académique (billet 5).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.