La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle

Marseille et ses environs sont aujourd’hui au cœur de l’actualité médicale : alors qu’un premier groupe de Français de Wuhan a déjà passé ses premiers jours dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, un deuxième avions a atterri à Istres pour permettre à d’autres rapatriés d’être pris en charge aux Milles, près d’Aix-en-Provence ; parallèlement, un début d’épidémie de pneumocoque se déclarait, fin janvier, sur un chantier naval du port entraînant rapidement une vaste campagne de vaccination. Ces nouvelles ont soulevé des inquiétudes, certains habitants redoutant la proximité de personnes potentiellement porteuses du virus.

Louis Carvin, Le Choléra, 1884. Carte du choléra en Europe, 1884 (c) BnF-Gallica

Du point de vue historique, cette irruption de la maladie dans les préoccupations des habitants de la Provence pourrait raviver bien des souvenirs enfouis au plus profond de la mémoire collective. Elle n’est en effet pas sans rappeler la forte présence de la question des épidémies dans le passé de Marseille et de sa région, notamment au XIXe siècle. Ainsi, lorsque les épidémies de choléra s’abattaient sur la Cité phocéenne, la population fuyait dans les environs de la ville. Il n’y avait pas alors de centres de vacances pour les accueillir, mais les plus aisés se réfugiaient dans leurs bastides rurales. Les peurs qui s’expriment aujourd’hui ne sont pas sans rappeler, toutes proportions gardées, la psychose qui pouvait régner alors, à une époque où les moyens d’étudier et de combattre la maladie étaient beaucoup moins nombreux, élaborés et surtout efficaces qu’aujourd’hui. Cette psychose pouvait se manifester de bien des manières : stratégies de fuite, mesures plus ou moins dérisoires de protection, élans de ferveur religieuse, et avalanche d’études et de publications sur la maladie.

Étudier cette production imprimée permet de saisir l’évolution dans le temps de la sensibilité à l’épidémie, tout autant que les formes variées que pouvait prendre ce qui apparaît souvent comme un autre moyen de conjurer sa peur. Comment retrouver ces publications dispersées ? La consultation du catalogue de la Bibliothèque nationale, qui est censé contenir à peu près tout ce qui est paru en France, est un premier outil, qui nous révèle environ 130 titres. Comme le caractère exhaustif des collections de l’institution parisienne est très théorique, on peut compléter ce recensement par une recherche dans le catalogue du réseau des bibliothèques de Marseille (institution la mieux placée pour conserver les ouvrages parus dans la ville) : 19 titres absents des collections de la BnF. On obtient ainsi à peu près 150 titres qui, publiés dans la capitale de la Provence entre 1800 et 1914, concernent les principales maladies ayant touché la population marseillaise à cette époque. Que nous apprennent-ils ?

La peste, reine déchue

Lorsque commence le XIXe siècle, Marseille est déjà marquée, dans sa conscience et sa mémoire collectives, par le phénomène des épidémies. La peste qui a ravagé la ville en 1720-1721 aurait, selon les estimations les plus vraisemblables, coûté la vie à la moitié de la population de la ville, avec 40 à 50 000 victimes en un peu plus d’un an[1]. Épisode traumatique, dont on entretient encore le souvenir deux siècles plus tard : l’année 1820 est l’occasion de célébrer le triste anniversaire, et de rendre hommage au grand héros de cette affaire, le très dévoué évêque de Marseille, Mgr Belsunce. On constate d’ailleurs que, entre 1819 et 1822, six publications paraissent à Marseille sur cette épidémie : essentiellement de courtes notices historiques – dont l’une due au préfet du département, le comte Christophe de Villeneuve – mais aussi une étude de plus grande ampleur : les Pièces historiques sur la peste de Marseille et d’une partie de la Provence, en 1720, 1721 et 1722, réunies en deux volumes par Louis-François Jauffret (1770-1840), un avocat marseillais, écrivain et érudit à ses heures.

La peste continue à intéresser le marché du livre marseillais tout au long du siècle : on compte en tout 29 titres sur cette maladie entre 1819 et 1902. 17 d’entre eux sont des études historiques, portant essentiellement, comme celles que je viens d’évoquer, sur l’épidémie de 1720-1721 (sauf exception, comme La Grande Peste à Arles (1579-1581), par Félix Reynaud, en 1880, ou La Lutte contre la peste en Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, par le docteur Alezais, 1902). Les autres publications concernent la maladie en elle-même, étudiée d’un point de vue épidémiologique et médical (dix titres), ou bien des manifestations religieuses liées au souvenir de la peste de 1720, organisées en 1820 et 1879. Les retours réguliers de marins pestiférés amenés par les navires accostant au port ne semblent plus guère susciter d’inquiétude du point de vue éditorial : on ne compte aucune publication consécutive aux déclarations de peste de 1825 ou 1837 – les mesures de quarantaine permettant du reste une efficace protection de la ville.

D’autres maladies que la peste sont venues remplacer la peste comme facteurs anxiogènes pour les Marseillais et les Marseillaises du XIXe siècle. Le phénomène épidémique ne relève en effet pas seulement d’un passé révolu dans les imaginaires et le quotidien de la population de la ville : il reste une inquiétude permanente, en raison de ses retours réguliers, et sous des formes variées. Comme le rappellent Bertrand Mafart et Marc Morillon, « la situation épidémiologique de Marseille, Porte entre l’Europe et l’Afrique, sera longtemps moins bonne que le reste de la France. » Le plus souvent apportées par les bateaux entrant au port, les épidémies restent par conséquent chroniques dans la ville tout au long du siècle, qu’il s’agisse de la variole, du choléra, de la grippe, de la diphtérie ou de la typhoïde – ainsi que l’indique l’infographie suivante, établie à partir des données collectées par les deux auteurs nommés ci-dessus.

Les principales épidémies de Marseille au XIXe siècle
Les chiffres sont ceux du nombre de victimes.
Source des données : Bertrand Mafart et Marc Morillon, « Les épidémies à Marseille au XIXe siècle », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1998, 10-1-2, p. 81-98. [en ligne]

Toutefois ces retours, sous forme endémique ou épidémique, ne suscitent guère, en général, d’emballement éditorial : si mobilisation des esprits il y a, elle prend d’autres formes.

Ainsi, la variole connaît une petite heure de gloire à la fin des années 1820, lors de l’épidémie de 1827-1828, qui ne suscite cependant que quatre publications. L’existence d’un vaccin permet en effet d’en limiter les ravages. On compte néanmoins 1 500 victimes, essentiellement issues des classes populaires de la ville[2]. On ne compte que sept autres ouvrages jusqu’en 1908, publiés notamment au moment des épisodes épidémiques des années 1870-1880. Ainsi, la forte mortalité dans le milieu des chiffonniers en 1874, et les fortes suspicions quant au rôle joué par le commerce de chiffrons lors de l’épisode de 1878, poussent le docteur Étienne Gibert à publier une étude sur l’Influence du commerce des chiffons et vieux vêtements non désinfectés sur la propagation de la variole et autres maladies contagieuses en 1879. Cette dizaine de brochures concernant la variole (on ne compte dans le lot qu’un seul véritable ouvrage conséquent) sont essentiellement des études scientifiques sur la maladie et la vaccination qui permet de l’enrayer.

Parmi les autres maladies avec lesquelles la population marseillaise doit composer, la fièvre typhoïde ne suscite que deux publications, à caractère médical, en 1858 (on est alors en pleine bouffée épidémique) et 1870. La grippe n’intéresse qu’au moment de l’épidémie de 1889-1890, avec trois courtes études publiées en 1890-1891, issues de la revue Marseille médical. On ne compte également que quelques publications, tardives, sur la diphtérie, et on n’en recense aucune sur la rougeole. En réalité, la maladie qui semble le plus obséder le public marseillais au XIXe siècle, c’est le choléra.

Le roi choléra

93 publications en tout concernent, exclusivement ou non, cette maladie. Elles sont concentrées sur une soixantaine d’années, entre 1831 (début de la grande épidémie qui touche la France et provoque en 1832 la mort du chef du gouvernement, Casimir Périer) et 1894. En moyenne, cela représente un ouvrage tous les 18 mois mais, de fait, la courbe des parutions est faite de cinq pics correspondant parfaitement aux cinq épidémies qui coûtent la vie à 15 000 personnes en 1834-1835 (28 publications), 1849 (8), 1854-1855 (15), 1865 (24) et 1884-1885 (14). Les publications isolées, c’est-à-dire ne correspondant pas à un épisode épidémique, se comptent sur les doigts d’une seule main. Ce qui illustre assez bien le fait qu’en dehors de ces moments de fièvre cholérique et d’obsession, la maladie ne suscite guère l’intérêt de celles et ceux qu’elle pourrait toucher.

Sur l’ensemble de la petite centaine de publications du siècle qui paraissent à Marseille sur la maladie, un gros tiers relève des études médicales et épidémiologiques, sur ses origines et/ou sa transmission. Plusieurs sont le fruit d’observations menées auprès des malades dans certaines institutions (Rapport sur l’état sanitaire de la caserne des douanes de la rue Paradis pendant l’épidémie cholérique qui a régné à Marseille en juin, juillet et août 1854, par le docteur André fils, 1854 ; Le Choléra à l’hôpital du Pharo pendant l’épidémie de 1884 à Marseille, par le docteur Fernand Giraud, 1885). La plupart sont dues à des médecins, souvent membres de l’Académie de médecine de la ville.

Un quart de l’ensemble est constitué d’ouvrages sur le traitement de la maladie et les meilleures façons d’éviter de l’attraper ou de la propager. Elles peuvent être adressées au grand public : on retrouve ce genre de publications, aux titres évocateurs, à chaque retour de l’épidémie, ainsi en 1832 (Conseils aux habitants de Marseille et à ceux de la Provence pour se préserver du choléra, ou les Considérations sur le choléra-morbus à l’usage du peuple), 1855 (Instruction populaire sur les moyens préservatifs et curatifs du choléra, par le docteur Pourret), 1865 (Préservatifs du choléra, par B. Rémond ; Plus de Choléra ! : instruction, traitement et remède contre cette maladie), 1884 (Comment éviter le choléra ? par le docteur Marius Fanton). Ces études s’adressent parfois aux autorités (Rapport fait au Conseil de salubrité, par le Dr d’Astros, sur les mesures d’hygiène et de salubrité publiques à prendre dans le cas d’une invasion de choléra à Marseille, le 16 août 1849, 1851 ; Le Choléra de 1865 à l’asile public d’aliénés de Marseille, traitement par le sulfate de cuivre. Rapport à M. le sénateur chargé de l’administration du département des Bouches-du-Rhône, par le Dr Égiste Lisle, 1866). On note que lors de l’épidémie des années 1850, la question du traitement de la maladie par l’homéopathie (!) suscite plusieurs publications et fait, déjà, l’objet d’une controverse.

La petite quarantaine de publications non-scientifiques sur le choléra se ventile selon des rubriques diverses, mais relevant des genres habituels de publication de l’époque. Ainsi, systématiquement, l’épidémie suscite des publications à caractère religieux (de l’ordre d’une dizaine en tout). L’évêque de Marseille publie des mandements invitant à la prière (1832, 1837, 1884), ordonnant des cérémonies en l’honneur des victimes (1849, 1854) ou remerciant Dieu pour la fin de l’épidémie (1835). On note aussi, en 1865, les Réflexions sur quelques mots de la Bible à propos du choléra, par le Père Xavier Deidier.

Dès 1835 aussi, le choléra suscite des études à caractère historique : il s’agit soit de raconter ou de récapituler le déroulement d’une épidémie qui vient de se terminer (Relation de l’épidémie de choléra-morbus qui a régné à Marseille pendant l’hiver de 1834 à 1835, par le docteur Sue, 1835), soit de faire l’histoire des épidémies anciennes (Histoire du choléra-morbus asiatique depuis son départ des bords du Gange en 1817 jusques à l’invasion du midi de la France en 1835, par l’historien marseillais Augustin Fabre, 1835), y compris à destination d’un public populaire, comme dans l’ Almanach populaire pour l’année 1836, contenant une « notice sur la marche du choléra depuis 1345 jusqu’à nos jours, et la véritable recette de l’Inde pour se préserver de cette maladie »). On remarque cependant que cette dimension historique de l’approche de la maladie, inaugurée dans les années 1830, ne crée pas de tradition, puisque, à part en 1857 (Précis historique et guérison du choléra épidémique, son origine, sa marche, ses progrès, moyens curatifs, par André Giraud), on ne retrouve plus ensuite de publications de ce genre – et on n’en compte qu’une petite demi-douzaine en tout.

De la même façon, le choléra inspire peu les littérateurs locaux : deux poèmes paraissent au moment de la première épidémie (Le Choléra à Marseille, ou le Triomphe de la charité, par F.-H. Durbec, et Le Choléra morbus à Marseille, poème en strophes de 8 vers alexandrins, par André Sapet). On ne compte ensuite qu’une satire, Reine et courtisane, ou le Choléra à Marseille, par Amédée Boudin, en 1849, et une « scène allégorique en vers dédiées aux souscripteurs de la liste de secours en faveur des veuves et orphelins des victimes du choléra à Marseille », intitulée La Charité, publiée en 1854.

En revanche l’épidémie suscite une dizaine d’essais et études à caractère plus politique, notamment quant à ses enjeux sociaux ou moraux. Le genre est cependant peu développé. À titre d’exemple, Édouard Féraud publie en 1849 Le Choléra devant l’humanité. Et en 1855, un horloger, Boulat, publie 31 pages d’un essai qu’il intitule Les trois Fléaux de la France : le choléra, le paupérisme et la Russie, suivis des moyens d’en délivrer notre pays – titre que quelques mauvais esprits pourraient presque trouver parfaitement adaptés à notre situation d’aujourd’hui…

Notons pour terminer quelques publications administratives suscitées par les épidémies : on a vu déjà les rapports médicaux officiels sur la maladie et les mesures à prendre pour la combattre. En 1851 et 1884-1885 paraissent également d’autres rapports, sur les récompenses décernées à ceux qui se sont impliqués dans la lutte contre la maladie, ou sur la répartition des aides financières accordées aux victimes.

La maladie dans la culture et le patrimoine marseillais

Quels enseignements tirer de ce panorama rapide ? D’abord, que la question des maladies et des épidémies suscite une production culturelle relativement importante : 150 publications sur le siècle, soit plus d’une chaque année. Si l’on compare ce chiffre à la production d’autres villes de province, beaucoup plus dynamiques que Marseille sur le plan de l’activité éditoriale, on constate l’accent mis sur ces questions dans la Cité phocéenne : à Bordeaux, Toulouse, Metz, Lille, le catalogue de la BnF ne donne qu’une vingtaine de titres sur le choléra au XIXe siècle, soit cinq fois moins, et seulement une dizaine à Tours. A Lyon, principal centre de production après Paris, on en recense moins de 80..Seul Montpellier fait mieux que Marseille (environ 140 publications sur le siècle consacrées à cette seule maladie), mais il faut y voir l’effet de la tradition, bien ancrée dans la ville, des publications médicales, liée au rayonnement de la faculté de Médecine.

Cette importance et cette régularité relatives des publications témoignent bien de l’intérêt persistant des auteurs, sinon du public marseillais, pour la question des épidémies, ce que confirme, pour le choléra ou dans une moindre mesure la variole, le parallélisme entre les courbes de production et celles du nombre de victimes. Si la majeure partie des publications relèvent d’un intérêt scientifique et médical pour cette question, et donc semblent s’adresser à un public averti et relativement favorisé, socialement et culturellement, on note, d’une part, que d’autres catégories d’érudits et de savants s’y intéressent (comme les historiens locaux), et que le public populaire n’est pas oublié (par les almanachs ou les guides pratiques de prévention contre la maladie).

Il faudrait du reste compléter cette étude par une analyse des travaux menés au sein des sociétés savantes de Marseille (notamment la Société de médecine) et des articles publiés dans les revues locales. Cela permettrait d’avoir une vision plus juste de l’évolution des préoccupations des élites de la ville. Quant aux classes populaires, dont les représentations sont toujours plus difficiles à appréhender faute de sources suffisantes comparativement à leur importance numérique, une étude des chansons, des lithographies et des articles de la presse populaire (comme Le Petit Marseillais) consacrées aux épidémies serait sûrement source de nombreux enseignements. On peut émettre l’hypothèse que la maladie était au cœur des préoccupations des contemporains de ce siècle du choléra. Cela ne contribuerait sûrement pas à rassurer les habitantes et habitants de Carry-le-Rouet et des Milles anxieux à l’idée d’avoir à proximité de leurs logements ces individus masqués et potentiellement porteurs du virus. Mais cela permettrait de placer dans une profondeur historique les angoisses qui sont aujourd’hui les leurs.

Le choléra au coeur des préoccupations quotidiennes : page de publicités dans Le Petit Marseillais, 19 juillet 1884 (c) BnF-Gallica

Et puis cela permettrait peut-être aussi de rappeler que l’histoire de Marseille est aussi faite de luttes permanentes contre les épidémies qui ont ravagé sa population. De quoi peut-être justifier que le patrimoine de la ville soit un peu mieux traité qu’il ne l’est par les autorités locales (heureusement sortantes). Les vestiges du lazaret du quartier des Catalans sont, après d’autres sites archéologiques de la ville, menacés par de vastes et juteuses opérations immobilières. Si la tour du XVIe siècle bénéficie enfin d’une restauration réclamée depuis longtemps, d’autres éléments architecturaux sont purement et simplement menacés de disparition, ainsi que le dénonçait récemment le journaliste David Coquille sur Twitter (ici et ici). Il serait bon que la municipalité se souvienne que ces installations ont joué un rôle majeur dans la prévention des épidémies, et contribué à préserver les ancêtres de la population actuelle du mal qui menaçait de les envoyer, en masse, ad patres.

Jean-Charles Geslot

Pour citer ce billet : Jean-Charles Geslot, « La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle », Histoire et culture au XIXe siècle, février 2020.


[1] Roger Duchêne, Jean Contrucci, Marseille. 2600 ans d’histoire, Paris, Fayard, 1998, chapitre 42.

[2] Idem,p. 483.


1 réflexion sur « La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.