Les best-sellers de l’histoire au XIXe siècle

Petit préambule méthodologique : on possède très peu de chiffres de vente pour le XIXe siècle. La donnée importante est alors plutôt le tirage : c’est souvent lui qui détermine, dans le s contrats, les droit d’auteur qui seront versés. Les seules données sur lesquelles on peut s’appuyer pour connaître et comparer l’ampleur de la diffusion des livres sont donc ces chiffres de tirage, fournis par les imprimeurs. Depuis le décret napoléonien du 5 février 1810, ceux-ci ont l’obligation de déclarer aux autorités tout ce qu’ils vont publier, et en combien d’exemplaires. Le but est évidemment pour le pouvoir de contrôler ce qui paraît en France… Source image : Musée de l’Armée, ParisJean-Auguste-Dominique Ingres, Napoléon Ier sur le trône impérial, huile sur toile, 1806.

Les déclarations d’imprimeurs sont consignées sur des registres, conservés aux Archives nationales (série F18). Ils sont lacunaires, car les déclarations n’étaient pas systématiques malgré la loi. Mais ils constituent la seule série vraiment utilisable par les historiens.  On peut aussi bien sûr évaluer la plus ou moins grande importance accordée aux ouvrages par les éditeurs et les lecteurs en recensant l’ensemble des différentes éditions. Mais là encore, le travail n’est pas toujours facile. Enfin d’autres indicateurs peuvent être utilisés, comme la diffusion dans les bibliothèques, publiques ou privées (grâce à l’étude de leurs catalogues) ; ou encore, ponctuellement, les témoignages de particuliers disant posséder ou avoir lu l’ouvrage. Source image : Archives nationales – Extrait des registres du Dépôt légal, cote : F/18(III)/76.

Voici donc une liste d’ouvrages d’histoire parmi les plus populaires du XIXe siècle. Une liste non exhaustive, qui pourra par la suite être complétée…

L’un des plus grands succès de la “Bibliothèque des chemins de fer” chez Hachette est le Louis XI et Charles le Téméraire de Michelet (rééd. du vol. 6 de son Histoire de France) : 22 000 exemplaires vendus entre 1863 et 19171 Source image : Bnf-Gallica

 

Dans la « Bibliothèque des Écoles et des familles », autre collection de vulgarisation de Hachette, c’est l’Histoire de Bayart, de D’Aubigné, avec 50 000 exemplaires vendus entre 1880 et 18962. Le « goût du Moyen Âge » est à l’œuvre… Source image : BnF-Gallica

 

L’Histoire des ducs de Bourgogne, de Prosper de Barante, connaît d’ailleurs elle aussi un certain succès. Entre sa sortie (mai 1824) et septembre 1825, quatre éditions sont tirées. La première s’élevait à 40 000 exemplaires, un gros chiffre pour l’époque3. Source image : BnF-Gallica

 

L’Histoire de France de Louis-Pierre Anquetil (1804-1805), une commande de Napoléon4, connaît une centaine de rééditions tout au long du siècle (d’après le catalogue de la BnF). Autour de 100 000 exemplaires en sont imprimés, rien que pour la période 1816-18505. Signe de l’importance de l’ouvrage, il est poursuivi « jusqu’à nos jours » par d’autres historiens, comme le chartiste Mas-Latrie, ou encore Théodose Burette, professeur au collège Stanislas, tous deux à partir de 1837. Source image : BnF-Gallica

L’Histoire de France de Victor Duruy est tirée à environ 120 000 exemplaires entre 1858 et 1913, avec 23 éditions en tout [voir l’édition de 1876]. C’est au départ un abrégé pour les élèves des lycées, transformé ensuite pour être diffusé dans le « grand public ». Une version populaire, en livraisons, paraît à partir de 1862. L’ouvrage est un incontournable des bibliothèques : on le trouve dans les trois quarts des bibliothèques de prêt parisiennes de la Belle Époque6. Il est diffusé sur tous les continents : en Europe, en Russie, dans l’Empire ottoman, chez les historiens américains, dans les missions du Congo, en Indochine, au Brésil, au Japon, en Australie, jusqu’au bagne de Nouvelle-Calédonie… Source image : Bnf-Gallica – affiche d’Eugène Grasset pour l’Histoire de France de Victor Duruy (éd. 1892), v. 1894-1895.

La Vie de Jésus de Renan remporte un grand succès. Elle paraît en 1863 et connaît rapidement plusieurs rééditions, dont l’une, populaire, en 1864. De 1863 à 1894, 430 à 450 000 exemplaires de l’ouvrage seront diffusés, y compris à l’étranger7. Source image : Bnf-Gallica – Affiche pour une édition italienne de la Vie de Jésus, 1892.

 

Le Catéchisme historique de Fleury est l’un des grands classiques du XIXe siècle, bien qu’il ait été publié en… 1683 ! Il est réédité, plusieurs fois par an, jusqu’en 1880. 500 à 700 000 exemplaires sont encore imprimés entre 1811 et 18508. C’est un livre d’histoire sainte qui se classe alors toujours dans le top 3 des ouvrages les plus reproduits (avec les Fables de La Fontaine ou le Télémaque de Fénelon), et reste donc l’ouvrage d’histoire le plus populaire. Source image : InternetArchive

L’Histoire du Consulat et de l’Empire d’Adolphe Thiers paraît entre 1845 et 1862, en 21 volumes. Elle aurait été diffusée à plus d’un million d’exemplaires selon Pierre Guiral, qui ne dit pas cependant d’où il tire ce chiffre9. L’ouvrage semble néanmoins être celui qui est le plus emprunté par les lecteurs des bibliothèques populaires dans les années 1870-188010. Thiers est même l’historien qui y est le plus demandé – un paradoxe après la Commune ? Son Histoire de la Révolution (1823-1827) connaît un succès moindre, avec quand même 33 éditions entre 1823 et 1866 (en versions de 6, 8 ou 10 volumes), et des traductions en anglais dès 1838, en espagnol (au Mexique) en 188011. (c) Institut de France

L’Histoire de France d’Henri Martin a elle aussi sûrement atteint et dépassé le million d’exemplaires mis en vente, avec quatre éditions successives et des variantes, comme l’Histoire de France populaire et l’Histoire de France contemporaine. C’est sûrement le livre d’histoire nationale le plus présent dans les divers réseaux de bibliothèques : on le trouve dans 85% des bibliothèques municipales et 60% des bibliothèques populaires dans les années 1870-189012. Barbey d’Aurevilly dira avec sarcasme d’Henri Martin qu’il est « l’historien meuble meublant des bibliothèques de bourgeois du XIXe siècle13 » : c’est dire à quel point l’ouvrage a été acheté par les particuliers. Source image : BnF-Gallica

L’Histoire de France racontée à mes petits-enfants de François Guizot commence à paraître, en livraisons, en avril 1870. Son auteur meurt en septembre 1874 : à cette date, soit en quatre ans, 109 livraisons ont paru, représentant en tout 2 239 000 exemplaires14. Source image : Bnf-Gallica

 

 

Une fois n’est pas coutume, c’est une femme, Laure Boen de Saint-Ouen, qui est l’auteure de l’un des ouvrages historiques les plus diffusés : son Histoire de France est tirée à environ 2,2M d’exemplaires entre 1827 et 188015. Pour l’anecdote, lorsque le librairie Vidard cède en 1832 à Hachette ses droits sur l’ouvrage (s’il avait su !), l’auteure est « dûment autorisée » par son mari à approuver l’accord, et il signe avec elle la déclaration16Source image : http://www.le-temps-des-instituteurs.fr/hist-second-empire.html

 

Enfin le best-seller par excellence est évidemment le fameux « Petit Lavisse » : il est tiré à environ 13 millions d’exemplaires rien que pour la période entre 1896 et 192017. Des générations entières d’écoliers y ont appris l’histoire de France.

 

 

 


 

  1. Christian Amalvi, L’Histoire pour tous : la vulgarisation historique en France d’Augustin Thierry à Ernest Lavisse 1814-1914, Université Paul Valéry-Montpellier III, thèse pour le doctorat d’État, dir. Charles-Olivier Carbonell, 1994, vol. 2, p. 432. []
  2. Ibid., p. 437-439 []
  3. Antoine Denis, Amable-Guillaume-Prosper Brugière Baron de Barante (1782-1866). Homme politique, diplomate et historien, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 322. []
  4. Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia, Les Courants historiques XIXe-XXe siècle, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2007, p. 47. []
  5. Martin Lyons, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis – Éditions du Cercle de la librairie, 1987, p. 76-93. []
  6. Jean-Charles Geslot, « Des savoirs historiques pour le peuple ? Diffusion et lecture des livres d’histoire dans les bibliothèques populaires (1860-1914) », Actes du congrès 143e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, publication électronique, à paraître 2019. []
  7. Nathalie Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, PUR, 2015, p. 7-8. []
  8. Lyons, op. cit., p. 76-93. []
  9. Pierre Guiral, Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique, Paris, Fayard, 1986, p. 287. []
  10. Geslot, « Des savoirs historiques… », op. cit. []
  11. Guiral, Adolphe Thiers…, op. cit., p. 42. []
  12. Geslot, « Des savoirs historiques… », op. cit. []
  13. Jules Barbey d’Aurevilly, « « M. Henri Martin », dans Les Œuvres et les hommes. 2 : Les historiens politiques et littéraires, Paris, 1861, rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1968, p. 110. []
  14. Laurent Theis, Guizot. La traversée d’un siècle, Paris, CNRS éditions, 2014, p. 128-131. []
  15. Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, p. 192-193 et Martyn Lyons, Le Triomphe du livre…, op. cit., p. 84-93. []
  16. IMEC : HAC 85, vol. 1, f° 17 (déclaration du 9 juillet 1832). []
  17. Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001, p. 56. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.