L’illustration dans les livres de science au XIXe siècle : ‘Le Monde avant la création de l’homme’ par Camille Flammarion (1886)

La Préhistoire est un objet d’étude qui apparaît véritablement au XIXe siècle : le terme dinosaure est forgé par un Anglais, Richard Owen (1804-1892), en 1842, et c’est à peu près à la même époque, dans les années 1840, qu’en France Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) interprétait, contre l’avis des milieux savants, les matériels découverts dans le Nord de la France comme des restes d’objets très anciens et d’ossements d’espèces disparues.

La paléontologie est donc une science relativement jeune lorsque paraît, en 1886, Le Monde avant la création de l’homme. L’auteur en est un vulgarisateur scientifique qui n’en est pas à son coup d’essai : Camille Flammarion (1842-1925) est également l’auteur, notamment, d’une Astronomie populaire à grand succès. Son nouvel ouvrage n’est cependant pas tout à fait original : il est en fait une version améliorée d’un livre dû au savant et vulgarisateur allemand Carl Gottfried Wilhelm Vollmer (1797-1864), Die Wunder der Urwelt, littéralement « Les Merveilles du monde primitif », publié à Berlin sous le pseudonyme de W. F. A. Zimmermann en 1855.

L’ouvrage avait été traduit en français dès 1856 sous le titre Le Monde avant la création de l’homme, ou le berceau de l’univers (voyez en ligne les éditions franco-belges de 1857 et 1862). L’écho en avait été immédiat, ainsi qu’en témoigne une critique parue dans le journal quotidien Le Siècle le 28 juillet 1857 , qui parle d’ « un livre bizarre », qui « bouleverse l’imagination » : « on a, après l’avoir lu, des tintements dans les oreilles et des éblouissements dans les yeux », écrit le journaliste, impressionné, avant de conseiller à ses lecteurs de se jeter sur l’ouvrage.

Le Siècle, 28 juillet 1857

Trente ans plus tard donc, fort de l’impression laissée par le livre et d’un certain goût pour la Préhistoire dans le public, manifesté notamment lors de l’Exposition universelle de 1867, Camille Flammarion en propose une réadaptation, publiée par son frère cadet, l’éditeur Ernest Flammarion (1846-1936), le fondateur de la maison d’édition du même du nom, toujours florissante aujourd’hui. L’ouvrage paraît en 100 livraisons (c’est-à-dire en fascicules) de 50 centimes, mode de publication habituel pour ce genre de publications destinées au grand public, qui permet d’étaler la dépense (peu de gens pouvant alors s’offrir d’un coup un ouvrage coûtant en tout 50F, l’équivalent de 200€ actuels).

Le Petit Marseillais, 20 avril 1885

La campagne publicitaire autour de l’ouvrage annonce déjà la couleur : l’ouvrage est richement illustré. On annonce « 300 figures, planches en couleur, cartes, etc. » On compte en fait au total 337 images pour 829 pages de texte (non compris les tables et le sommaire), soit une image toutes les 2 ou 3 pages. Ces illustrations sont des gravures en noir et blanc ou, plus rarement, en couleurs, obtenues dans ce dernier cas par le procédé de la chromolithographie (reproduction d’images à partir de supports en pierre sur lesquels sont appliquées les couleurs, qu’un procédé chimique permet ensuite de fixer sur le papier).

Affiche publicitaire, 1885 (c) BnF-Gallica

Ce corpus d’illustrations particulièrement riche est tout à fait intéressant. Il témoigne des différentes fonctions assignées à l’image dans les livres en cette fin du XIXe siècle. La première d’entre elles est purement scientifique et pédagogique. Cartes, coupes schématiques, dessins sont des outils au service de la compréhension des faits évoqués. Ils permettent de synthétiser ou d’illustrer l’information et ont une valeur démonstrative.

Les questions géologiques sont un bon exemple de cet effort de pédagogie : si la « coupe générale de l’écorce terrestre » peut sembler abstraite, avec sa succession d’ères et de périodes, on peut davantage en comprendre l’idée en la visualisant sur un paysage réel, cette falaise du cap de La Hève, près du Havre, qui permet de voir la succession des couches renvoyant chacune à une période différente.

Le même procédé est utilisé pour faire comprendre le phénomène de l’érosion marine : sur le mode « avant/après », le livre montre le recul du rivage sur le site de Reculver, dans le Kent (Angleterre), entre 1781 et 1834. Mieux que le texte, l’image permet de se rendre compte de l’évolution du paysage engendré par un phénomène naturel irrésistible – qui a du reste continué jusqu’à aujourd’hui à produire ses effets.

À l’opposé de ces images faites pour expliquer et pour apprendre, ce livre destiné au grand public multiplie aussi les illustrations de toute autre nature. On fait aussi appel à l’imaginaire du lecteur et à la légende, par des scènes figuratives inventées, allégoriques.

C’est ainsi que l’ouvrage fait référence à légende d’Ys (ou Is), ville de Bretagne dont une légende remontant au moins au XIVe siècle fait une cité engloutie en raison des péchés de ses habitants, une Atlantide armoricaine remise au goût du jour au XIXe siècle.

Cet appel à l’imaginaire est d’autant plus utile qu’il s’agit de combler les lacunes de la science : on ne peut qu’imaginer ce qu’on ne sait pas, et le dessin permet ainsi de reconstituer des dinosaures de façon plus ou moins… farfelue. L’ouvrage est tributaire des avancées de la connaissance et des travaux et théories des paléontologues. C’est ainsi que le stégosaure se trouve privé de ses fameuses plaques dorsales, à côté d’un bien étrange mégalonyx, appelé en raison de ses griffes géantes (il est appelé aujourd’hui paresseux de Jefferson ou d’Amérique du Nord), et d’un dinoceras pourvu de bien plus de cornes et de défenses que la version plus moderne du uintathérium.

Une vérité scientifique encore peu assurée prend ainsi en fait le pas sur le spectaculaire, et la volonté d’attirer l’œil du lecteur, de susciter son intérêt, d’en appeler à ses émotions. L’ouvrage se veut savant, mais il est aussi un livre pour le grand public. Une préhistoire haute en couleurs est ainsi proposée aux lecteurs et aux lectrices. L’illustration met en scène des paysages inconnus, inimaginables, hors du commun, comme cette « forêt de l’époque carbonifère », présentée comme « paysage antédiluvien » : le titre même montre qu’on mêle encore appellations scientifiques et dénominations relevant davantage des croyances et de l’imaginaire.

D’autre part, ces temps anciens sont marqués par une violence extrême. Cette violence est d’abord celle des phénomènes naturels qui ont formé la Terre, ses mers et ses continents : pluies diluviennes, marées gigantesques, intense activité volcanique sont ainsi mises en avant, terrorisant la faune vivant alors sur terre.

Cette violence se retrouve d’ailleurs dans les formes de vie animale les plus anciennes et les plus emblématiques : les dinosaures. D’épiques combats agitent la vie de ces géants des temps passés, des monstres jurassiques aux mammouths et aux « chats géants », nos actuels Smilodons ou tigres à dents de sabre (on est loin de l’image donnée par ces deux animaux dans certaine série de récente de dessins animés à succès…).

Cette sauvagerie cependant, elle est aussi celle des premiers âges de l’humanité. Les hommes vivent alors dans des grottes et se mangent entre eux, lorsqu’ils ne sont pas eux-mêmes menacés par les griffes des ours des cavernes. De quoi faire frémir le lecteur civilisé de la fin du XIXe siècle, habité à tout le confort et à la sécurité du monde moderne !

L’ouvrage est aussi imprégné du racisme ambiant : lorsqu’il s’agit d’évoquer l’anthropophagie des premiers hommes, les images utilisées ne sont pas imaginaires, mais renvoient automatiquement aux mœurs africaines. Pour l’Européen de cette fin du XIXe siècle, le cannibalisme est immédiatement associé à l’Afrique subsaharienne. C’est un moyen pour « l’homme blanc » de se rassurer : lui a su s’éloigner de la barbarie des premiers temps, alors que les populations d’autres continents en sont encore très proches – ce qui justifie amplement le processus de colonisation du continent qui bat alors son plein.

Cruels et sauvages, ces anciens « rois de la Terre » relèvent du registre de la monstruosité. Cuirasses d’écailles, dents acérées, griffes redoutables, ailes gigantesques : tout est en place pour créer l’imaginaire du dinosaure cruel et impitoyable, à l’origine de l’image moderne du tyrannosaure ou du vélociraptor.

Le gigantisme de ces “lézards géants” (ce que signifie, faut-il le rappeler, le mot “dinosaures”) participe de leur monstruosité. Pour que le lecteur ou la lectrice se rende bien compte de ces proportions difficiles à concevoir, on utilise des repères connus, habituels : hauts immeubles, éléphants, soit ce qui représente sûrement, dans l’imaginaire de l’époque, ce qui se fait de plus grand dans le monde naturel ou humain.

On essaie aussi de faire imaginer au public ce qu’était son environnement à cette époque. Voici ainsi le Paris de la Préhistoire, sans voitures ni Tour Eiffel, mais noyé sous des eaux peuplées de monstres à long cou ! Ici encore il y a de quoi frapper les esprits, de voir les tours de Notre-Dame submergée.

En définitive, cet ouvrage de vulgarisation scientifique, emblématique du contexte intellectuel de son époque, porte aussi le discours optimiste et progressiste qui est en général celui de la science en cette fin de XIXe siècle. Comme le montre bien cette image, l’homme est l’aboutissement de « l’ascension » de la vie sur Terre, il en est la forme la plus aboutie :

Pas son intelligence, l’être humain peut faire revivre ces époques disparues. Cette image allégorique est un hymne à la gloire de la science et du savant, capables de percer tous les secrets de l’univers. À l’appel du “naturaliste” (c’est ainsi qu’on appelle alors le spécialiste de “l’histoire naturelle”, l’équivalent de nos actuelles “sciences de la vie et de la terre” (SVT), l’ensemble du règne végétal et animal peut renaître à la vie, ou plutôt à une seconde vie, celle d’objets de la connaissance.

Et pour aller au bout de cette démarche allégorique et porteuse de glorification, la dernière image du livre peut, sans complexe, proclamer la grandeur éternelle de l’humanité !

Le Monde avant le création de l’homme, par la richesse de son iconographie, permet ainsi la diffusion de connaissances, mais aussi d’un certain nombre de représentations, sur la science et sur le progrès, sur l’homme et sur l’animal, sur l’Afrique et sur l’Europe, sur la Préhistoire et les dinosaures aussi. Or il connaît un certain succès : il est réédité en 1896, et connaît plusieurs traductions, en italien (Il Mondo prima della creazione dell’ uomo, Milan, 1893), en espagnol (El mundo antes de la creación del hombre, Madrid, 1901-1902), en tchèque (Svět před stovřením člověka, Prague, 1909). Ainsi est-il diffusé hors des frontières de la France : on en trouve aujourd’hui des exemplaires dans plusieurs bibliothèques d’Europe et d’Amérique du Nord, de Londres à Berne, de Copenhague à Mexico, d’Edimbourg à Montréal…

L’ouvrage est ainsi devenu un de ces supports d’une culture de masse, productrice d’images où se mêlent le réel et l’imaginaire, le scientifique et le spectaculaire. Il contribue ainsi à fonder une tradition, dont les dinosaures plus ou moins réalistes de la vulgarisation et du cinéma sont, aux XXe et XXIe siècles, les héritiers.

Bibliographie indicative

Sur l’histoire de la paléontologie et de la préhistoire :

Cohen Claudine et Hublin Jean-Jacques, Boucher de Perthes : les origines romantiques de la Préhistoire, Paris, Belin, « alpha », 2017.

Hurel Arnaud et Coye Noël (dir.), Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, PAris, Muséum d’histoire naturelle, 2011.

Lanzarotte José Maria et Loyau Anne, Montrer, démontrer la préhistoire, Paris, Muséum d’histoire naturelle, 2010.

Richard Nathalie, Inventer la préhistoire. Les débuts de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Vuibert et Adapt-Snes, 2008.

Sur la vulgarisation scientifique au XIXe siècle :

Béguet Bruno, Cantor Maryline, Le Men Ségolène, La Science pour tous, Paris, Ed. de la RMN, 1994, 94 p.

Bensaude-Vincent Bernadette, Rasmussen Anne (dir.), La Science populaire dans la presse et l’édition : XIXe et XXe siècles, Paris, CNRS éd., 1997, 299 p.

Boissière Marie, Boyer Anne, Sciences pour tous 1850-1900, exposition de la BnF, 2016. En ligne : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/

Sur l’illustration imprimée :

Michaud Stéphane, Mollier Jean-Yves, Savy Nicole (dir.), Usages de l’image au XIXe siècle, Paris, Ed. Créaphis, 1992.

Renonciat Annie (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du XVIIe au XXe siècle, Paris, CNDP, 2011.

Voir également une sélection d’oeuvres sur les dinosaures consultables en ligne proposée par Gallica.



Citer ce billet
Jean-Charles Geslot (2020, 15 novembre). L’illustration dans les livres de science au XIXe siècle : ‘Le Monde avant la création de l’homme’ par Camille Flammarion (1886). Histoire et culture au XIXe siècle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjpd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.