Le Royaume-Uni par les cartes, de Napoléon à la Grande Guerre : regards français sur une puissance voisine

La Bibliothèque nationale de France conserve une importante collection cartographique, parmi lesquelles un certain nombre de cartes du Royaume-Uni produites au XIXe siècle valent le détour. Elles témoignent autant des progrès des techniques cartographiques que de l’extension des thématiques abordées, et d’une certaine représentation de ce qu’est alors le pays de Shakespeare, de Cromwell et de Victoria, qui connaît à cette époque une forme d’apogée.

Cette « Nouvelle carte géo-hydrographique des Isles britanniques » est publiée au tout début du siècle, en 1803, deux ans après l’Acte d’Union (2 juillet 1800, effectif au 1er janvier 1801) qui créait le « Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande ». Elle suit également la signature de la Paix d’Amiens avec Bonaparte (25 mars 1802) qui mettait fin aux guerres révolutionnaires (pour quelques mois…).

Nouvelle Carte Géo-Hydrographique des Isles Britanniques ou Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, Divisé par Provinces et Comtés, avec les principales Routes, Paris, Ch. Riquet, 1803.

Cette « Carte routière de la Grande-Bretagne » date de 1828. Très précise, elle fournit déjà la tracé des routes et le trajet des malles-postes, ainsi que les distances entre les principales localités du territoire, mais exprimées… en miles (sauf pour la partie française de la carte, où elles sont indiquées en km, et pour les distances maritimes, exprimées en lieues).

Carte routière de la Grande-Bretagne, Paris, Langlois fils et Cie, 1828.

La Grande-Bretagne au XIXe siècle c’est bien sûr la puissance industrielle par excellence. La carte suivante, qui date de 1836, montre déjà la géographie économique du pays : terrains carbonifères, mines de sel, usines à cuivre, fabriques d’acier, filatures de laine, manufactures de tapis, verreries, etc. Il s’agit de montrer l’importante de l’industrie dans tout le pays. Cette carte témoigne de la fascination exercée par le modèle productif britannique ; elle précède d’ailleurs de peu le Voyage métallurgique en Angleterre, ou Recueil de mémoires sur le gisement, l’exploitation et le traitement des minerais de fer, étain, plomb, cuivre et zinc dans la Grande-Bretagne, publié entre 1837 et 1839 par quatre polytechniciens et ingénieurs des mines français, Armand Dufrénoy, Léon Elie de Beaumont, Léon Coste et Auguste Perdonnet. En 1830, le Royaume-Uni représente les trois quarts de la production mondiale de houille, comme de fonte et de fer – pour 2% de la population terrestre.

Carte d’Angleterre avec indication des canaux, chemins de fer, rivières navigables, terrains carbonifères et des principaux sièges des grandes industries, Paris, Levrault, 1836.

Avec la même volonté d’insister sur l’avance économique du Royaume-Uni, la « Nouvelle carte des chemins de fer de la Grande-Bretagne et de l’Irlande » (1869), ci-dessous, insiste elle sur le maillage ferroviaire déjà très serré de l’archipel. Elle est due à l’éditeur Chaix, par ailleurs réputé pour ses indicateurs horaires des chemins de fer. L’Angleterre fut pionnière dans le développement des chemins de fer, avec par exemple une première ligne d’exploitation ouverte en 1825 (Stockton-Darlington) et la fameuse locomotive à vapeur “Rocket” de Stephenson (1829).

Nouvelle carte des chemins de fer de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, Paris, MM. A. Chaix et Cie éditeurs, 1869.

L’insularité du Royaume-Uni n’empêche pas de le replacer dans son contexte ouest-européen. C’est ce que fait cette « Carte des communications directes par chemin de fer, entre la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne » de 1852. Il y a en 1850 plus de 38 000 km de chemins de fer exploités en Europe, dont près de 11 000 pour le seul Royaume-Uni.

Chemin de fer du Nord : Carte des communications directes par chemin de fer, entre la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne, Lille, L. Danel, 1852.

On se prend à rêver d’un réseau ferroviaire européen, et même mondial, comme le montre cette « Carte des communications par voie ferrée ininterrompue entre l’Angleterre, l’Europe continentale et l’Asie montrant les avantages des ponts sur la Manche au point de vue international » (1892), produite par The Channel Bridge and Railway Company Ltd. (Société du Pont et Chemin de fer de la Manche).

The Channel bridge and railway company limited ; société d’études et de construction d’un pont sur la Manche… Carte des communications par voie ferrée ininterrompue entre l’Angleterre l’Europe continentale et l’Asie montrant les avantages des pont sur la Manche au point de vue international, Paris, impr. Lemercier, 1892.

Relier le Royaume-Uni au continent ? Certains y pensent en effet, depuis au moins le XVIIIe siècle… C’est le cas de l’ingénieur Louis-Joseph-Aimé Thomé de Gamond (1807-1876), infatigable promoteur de cette idée, et ce dès les années 1830. En 1856 il présente à l’empereur Napoléon III, un projet de tunnel sous-marin qu’il soumet ensuite au gouvernement britannique, obtenant même l’approbation de la reine Victoria pour un projet qui ne verra le jour… qu’à la fin du XXe siècle.

Thomé de Gamond, Carte d’étude pour servir à l’avant projet d’un tunnel sous-marin entre la France et l’Angleterre…, Paris, 1857.

Mais la Grande-Bretagne c’est aussi une puissance rivale, à l’échelle européenne et mondiale, et les cartes se plaisent à projeter l’archipel dans ses possessions ultra-marines : cette carte de 1808 se contente de Gibraltar, possession britannique depuis la Guerre de Succession d’Espagne (conquête en 1704, confirmée en 1713), et y joint le Portugal, envahi par les troupes de Wellington en août 1808 pour contrer l’avancée napoléonienne dans la Péninsule ibérique après le départ de la famille royale pour le Brésil. L’enjeu géopolitique bien connu des cartes apparaît ici de manière évidente.

Aglé Vicq, Carte de l’Angleterre, de l’Ecosse et de l’Irlande ou Royaume Uni de la Grande Bretagne, avec une partie des côtes de France depuis Brest… jusqu’à l’embouchure de l’Elbe…, 1808

Mais cette autre carte, de 1860, montre la « carte des possessions territoriales de l’Angleterre », à l’époque où le Royaume-Uni possède déjà le plus grand empire colonial au monde, et où la France, qui n’a guère conservé de son premier empire que ses possessions antillaises, est en pleine colonisation de l’Algérie (depuis 1830) et s’implante depuis quelques années dans la péninsule indochinoise. L’enjeu renaissant de la compétition coloniale trouve ainsi à s’exprimer dans les cartes.

Alexandre-Aimé Vuillemin, Carte Physique et Politique des Iles Britanniques Angleterre, Ecosse, Irlande indiquant les Chemins de fer, les Routes principales, les Rivières navigables, les Canaux et le Parcours des Paquebots à vapeur, Paris, A. Logerot, 1860.

Terminons avec cette dernière carte datant des années 1910. L’éditeur Louis Burgy produit à l’époque de la Grande Guerre cette belle « carte relief » en trois dimensions.

L’Angleterre : carte relief n°7 / Edition Louis Burgy (années 1910)

Elle montre que les progrès dans les techniques iconographiques permettent de changer le point de vue : cette vision panoramique n’est pas sans rappeler les angles des vues aériennes, à l’heure où l’aviation offre de nouvelles possibilités d’appréhender les territoires et de (se) les représenter. Mais l’orientation elle, ne change pas : le Nord reste en haut de la carte, la Grande-Bretagne conserve sa forme à peu près triangulaire, et plus que jamais son territoire est regardé… depuis la France !

Pour citer cette page : Jean-Charles Geslot, « Le Royaume-Uni par les cartes, de Napoléon à la Grande Guerre : regards français sur une puissance voisine », in Histoire et culture au XIXe siècle, 28 décembre 2020, https://hisculture19.hypotheses.org/2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.