Images de l’Empire : la colonisation française en Afrique dans les gravures du Petit Journal (1890-1920)

Durant ses presque cinquante années d’existence, de 1890 à 1937, le supplément illustré du Petit Journal a diffusé, par ses gravures en couleurs restées fameuses, un traitement particulier de l’actualité oscillant entre sensationnalisme et patriotisme. Le thème colonial est très présent dans cette ligne éditoriale, et notamment l’Afrique.

Ce billet souhaite proposer un inventaire de l’ensemble de ces images, regroupées par grandes thématiques, chacune étant consultable d’un simple clic renvoyant aux versions numérisées du périodique sur Gallica (voir un article de présentation ici). Cette numérisation n’étant pas complète, cette liste ne porte que sur les années 1891-1930 et concerne 280 gravures, en couleurs et plus rarement en noir et blanc, évoquant directement ou non le continent africain.

Sur 280 images, 226 illustrent particulièrement les relations de la France avec l’Afrique, soit plus de sept par an en moyenne. Ces images sont cependant réparties de façon inégale d’une année à l’autre, ainsi que le montre le graphique ci-dessous, qui témoigne du fait que les choix iconographiques sont largement déterminés par l’actualité de la présente française en Afrique [cliquer pour agrandir].

Les différents territoires de l’Empire français sont traités de façon très inégale : le Maroc est le plus présent dans cet ensemble (62 images soit 28% de l’ensemble), devant l’Algérie (44 soit 20%) et la Tunisie, relativement peu représentée (9 soit 4%). Il faut dire que c’est surtout l’actualité militaire et diplomatique entourant l’expansion française qui intéresse le journal, ce qui explique que les trois départements algériens, qui occupent pourtant une place majeure dans l’imaginaire métropolitain, ne soient pas les plus représentés. Les territoires d’Afrique occidentale, qu’il s’agisse de la future AOF (du Sénégal au Golfe de Guinée en passant par le Niger), ou de ceux de l’Afrique centrale devant constituer l’AEF (du Tchad au Congo), sont respectivement présents dans 21 et 6% du corpus (47 et 13 images), la domination du premier s’expliquant par l’importance des opérations militaires dans la région, ainsi que des explorations qui occupent l’actualité comme la mission Marchand en 1898-1899 conduisant à la crise de Fachoda. Madagascar est représentée dans 36 images (16% de l’ensemble), ce qui en fait le quatrième espace le plus représenté, mais essentiellement en 1894-1895, moment de la conquête militaire de l’île. Deux images seulement montrent La Réunion et Mayotte.

Plusieurs thématiques ressortent de façon particulière dans la façon qu’a le journal de traiter la présence française en Afrique. Le point de vue est principalement militariste : quasiment la moitié des images (46%) mettent en scène l’armée coloniale, qu’il s’agisse :

  • de ses faits d’armes et victoires bien sûr : c’est la catégorie la plus importante, avec 30 images :

7 novembre 1891 : « Au Soudan français (la défense du Haut-Niger) »
21 mai 1892 : « Débarquement à Kotonou des troupes sénégalaises »
20 août 1892 : « Attaque de Dahoméens repoussée par une canonnière française »
19 novembre 1892 : « Au Dahomey. La prise de Kana »
3 décembre 1892 : « Au Dahomey. Crémation de cadavres dahoméens »
10 décembre 1892 : « Au Dahomey. Entrée du drapeau français à Abomey »
26 août 1893 : « La prise de Thiassalé. Combat dans une forêt vierge »
12 février 1894 : « Le drapeau français arboré à Tombouctou »
30 avril 1894 : « La défaite des Touareg »
3 septembre 1894 : « Le combat de S’Napa. Mort glorieuse du lieutenant Lecerf »
2 juin 1895 : « Expédition de Madagascar. Prise d’un camp hova »
30 juin 1895 : « Événements de Madagascar. Prise de Mevatanana »
25 août 1895 : « Expédition de Madagascar. Dans la brousse »
28 mars 1897 : « Victoire française au Sud Algérien »
3 avril 1898 : « À Madagascar. Défaite des Sakalaves »
30 octobre 1898 : « Capture de Samory par le lieutenant Jacquin »
23 avril 1899 : « Mort du lieutenant Grivart »
21 janvier 1900 : « Victoire française dans le Sahara »
28 janvier 1900 : « Le drapeau français à In-Salah »
26 janvier 1902 : « Une victoire française dans le centre africain » [au lac Tchad]
26 novembre 1905 : « Dans la Sahara algérien. Les Touareg Hoggars et Taïtogs font leur soumission à la France »
6 janvier 1907. Les événements du Maroc. L’armée de Si Mohammed Guebbas campée sous les murs de Tanger »
17 mars 1907 : « Un fait d’armes dans le Sahara français. Engagement entre nos troupes et les Touareg »
25 août 1907 : « À Casablanca. – Après le bombardement. Les patrouilles parcourent la ville »
5 janvier 1908 : « Une rencontre au désert. Les méharistes algériens et soudanais se joignent près de Timiaouine »
9 avril 1911 : « Débarquement d’un bataillon de tirailleurs algériens au Maroc »
3 décembre 1911 : « Au Ouadaï. Le sultan Doudmourah fait sa soumission au colonel Largeau »
22 septembre 1912 : « Le colonel Mangin à Marrakech. La délivrance des Français prisonniers »
17 mai 1914 : « Un beau fait d’armes au Maroc. Le général Gouraud enlève le camp du Roghi »
24 mai 1914 : « Au Maroc, la colonne du général Baumgarten occupe Taza »

  • des actions préparatoires et postérieures aux combats comme le départ des troupes et le rapatriement des blessés (12 images)

29 octobre 1894 : « Les événements de Madagascar. Apprêts pour l’appareillage à Toulon »
10 février 1895 : « Événements de Madagascar. Les enrôlements à l’Île de la Réunion »
24 mars 1895 : « Manifestation patriotique. Départ du 200e pour Madagascar »
7 avril 1895 : « Au camp de Sathonay. La remise des drapeaux »
28 avril 1895 : « Au revoir !!! À nos soldats de Madagascar »
28 avril 1895 : « À Saint-Pétersbourg. Enrôlements de volontaires russes pour Madagascar »
12 janvier 1896 : « Tableaux parisiens. Un rapatrié de Madagascar »
26 janvier 1896 : « Événements de Madagascar. Le transport des rapatriés »
9 décembre 1906 : « Les événements du Maroc. Ravitaillement de navires de guerre en rade de Tanger »
22 mars 1908 : « En route pour le Maroc ! Les tirailleurs sénégalais se préparant à partir avec leurs femmes pour Casablanca »
26 mars 1911 : « Artilleurs marocains manœuvrant  des canons à tir rapide sous la direction d’instructeurs français »
15 septembre 1912 : « À Marseille. Le départ des chasseurs alpins pour le Maroc »

  • des différents corps de troupes, représentés de manière documentaire ou plus allégorique (14 images)

7 mars 1891 : « L’armée coloniale »
2 avril 1894 : « Le corps des méharistes »
4 juin 1894 : « La caravane de Touareg au Vélodrome d’hiver »
21 avril 1895 : « Expédition de Madagascar. Les uniformes de l’armée »
27 octobre 1895 : « Expédition de Madagascar. Victoire !!! »
23 juillet 1899 : « Les tirailleurs de la mission Marchand »
3 mai 1903 : « Voyage du président de la République en Algérie. Fantassin de cavaliers indigènes »
15 septembre 1907 : « Autour de Casablanca. Les goumiers au service de la France chargent les Marocains »
6 octobre 1907 : « Les troupes d’élite de l’armée française. La légion étrangère au Maroc »
6 octobre 1907 : « Les troupes d’élite de l’armée française. L’infanterie coloniale »
6 mars 1910 : « Honneur aux héros de l’expansion coloniale ! »
16 mars 1913 : « Nos soldats d’Afrique. Le tirailleur sénégalais »
1er juin 1919 : « Le drapeau des tirailleurs sénégalais »
23 nov. 1919 : « Le ruban de la victoire » [avec troupes coloniales]

  • des principaux officiers et héros de l’armée, représentés par des portraits ou durant certains épisodes de leur vie (hors faits militaires ici), soit 21 images :

9 juillet 1892 : « Le lieutenant Mizon »
3 décembre 1892 : « Au Dahomey. Le général Dodds »
27 mai 1893 : « Le retour du général Dodds. Remise de la médaille du Dahomey »
2 décembre 1894 : « Le général Duchesne. Commandant le corps expéditionnaire à Madagascar »
10 octobre 1897 : « À Madagascar. Le sergent Bruneau »
12 mars 1898 : « À Oran. Ovation au général Boitard »
30 octobre 1898 : « Le commandant Marchand »
28 mai 1899 : « Épée d’honneur offerte au commandant Marchand »
4 juin 1899 : « Le commandant Marchand »
11 juin 1899 : « Arrivée du commandant Marchand à Paris »
11 juin 1899 : « Arrivée du commandant Marchand à Toulon »
11 juin 1899 : « Le général Galliéni »
2 juillet 1899 : « À Thoissey. Le commandant Marchand et son père »
30 juillet 1899 : « Adieux du commandant Marchand à ses compagnons »
30 septembre 1900 : « Départ du colonel Marchand »
21 juin 1903 : « Les événements du Figuig. Le général de division O’Connor, commandant en chef du corps expéditionnaire »
14 février 1904 : « Honneur aux braves ! Remise de la Médaille militaire aux Héros d’El-Moungar et de Taghit »
21 janvier 1912 : « À Fez. Le commandant Brémond décore deux vieux soldats marocains »
21 juillet 1912 : « Au Maroc. Le général Moinier décore les officiers blessés au combat de Haj-Rakoula »
13 octobre 1912 : « Le général Lyautey s’est rendu à Marrakech en auto-mitrailleuse »
27 octobre 1912 : « A Marrakech. Le caïd El Glaoui et son frère reçoivent la croix de la Légion d’honneur des mains du général Lyautey »

  • des morts tragiques ou héroïques aussi de certains soldats (8 images)

3 septembre 1894 : « Le combat de S’Napa. Mort glorieuse du lieutenant Lecerf »
23 avril 1899 : « Mort du lieutenant Grivart »
22 novembre 1896 : « La mort du lieutenant Collot » [Algérie]
16 avril 1905 : À Madagascar. – Une poignée de héros. Mort du sergent Casalonga et de ses tirailleurs sénégalais dans l’église d’Ampasimena »
15 décembre 1907 : « Mort héroïque d’un officier de spahis. Le lieutenant Roze, chargeant à la tête de son peloton, tombe frappé par les balles marocaines »
20 décembre 1908 : « “Je meurs pour la France, pour la Patrie !”. Telles furent les dernières paroles que prononce le maréchal des logis Ben-Daoud, blessé mortellement au combat d’Anoual »
6 mars 1910 : « Le guet-apens d’Abir-Taouil. Mort du capitaine Fiegenschuh »
22 octobre 1911 : « L’héroïque suicide. Après s’être défendu vaillamment contre une bande de Ouadaïens révoltés le médecin major Pouillot s’est brûlé la cervelle pour ne pas tomber entre les mains de ces sauvages »

  • de la vie quotidienne des soldats (14 images)

31 décembre 1892 : « Les étrennes au Dahomey »
11 juin 1894 : « Théâtre de l’infanterie de marine à Dakar »
25 octobre 1896 : « La nouba des turcos »
28 août 1904 : « Les incendies de forêts en Algérie. Les troupes s’efforcent de circonscrire le feu »
6 novembre 1904 : La catastrophe d’Aïn-Sefra. Les soldats de la Légion organisant le sauvetage »
3 septembre 1905 : « La navigation du Niger, de Koulikoro à Tombouctou. Les hommes du Commandant Le Blévec transportant les pièces des navires »
5 août 1906 : « La pénétration française dans le Sahara. L’arrivée des méharistes dans une oasis »
10 janvier 1909 : « Une agence de désertion en Algérie »
30 avril 1911 : « Le voyage du président de la République en Tunisie. M. Fallières assiste à une fantasia »
13 octobre 1912 : « Le général Lyautey s’est rendu à Marrakech en auto-mitrailleuse »
5 janvier 1913 : « La “sauterelle”. Traineau saharien qui vient de conduire le général Bailloud de Biskra à Touggourt »
20 juillet 1913 : « La “nouba” des tirailleurs sénégalais à la revue du 14 juillet »
28 décembre 1913 : « Noël au Maroc. L’arbre des légionnaires »
20 décembre 1914 : « Un fête arabe sur le front »

  • Les explorations et missions de reconnaissance, de leur côté, sont présentes dans 8 images.

9 juillet 1892 : « Le lieutenant Mizon »
9 octobre 1898 : « La mission Marchand et l’Angleterre. Carte de la région explorée »
16 avril 1899 : « Retour de Marchand. Le dernier ravitaillement »
28 mai 1899 : « Mission Marchand. Une tranche du vapeur le Faidherbe dans la savane du plateau central, allant du Congo au Nil »
28 mai 1899 : « Mission Marchand : Un convoi en mouvement sur la route Congo-Nil. En avant une forge et un avant de chaland métallique »
22 février 1903 : « Derniers moments d’un explorateur français. Le vicomte du Bourg de Bozas » [au Congo]
19 mars 1905 : « M. Savorgnan de Brazza. Le vaillant explorateur au milieu de son escorte pendant son dernier voyage au Congo »
16 décembre 1906 : « Dans le Sud-Oranais. Une reconnaissance de troupes françaises en territoire marocain »

Six gravures datant pour l’essentiel de 1914-1915 mettent aussi en avant le rôle des troupes coloniales dans la Grande Guerre, ce qui est dérisoire par rapport à l’abondante iconographie que le Petit Journal offre à ses lecteurs et à ses lectrices pendant toute la durée du conflit.

20 septembre 1914 : « La charge des Turcos »
20 décembre 1914 : « Un fête arabe sur le front »
28 mars 1915 : « L’infanterie coloniale à Beauséjour »
28 novembre 1915 : « La fantasia sanglante »
1er juin 1919 : « Le drapeau des tirailleurs sénégalais »
23 nov. 1919 : « Le ruban de la victoire » [avec troupes coloniales]

Le journal raconte une histoire positive de la conquête française : seuls des faits d’armes victorieux sont présentés ; lorsque défaite il y a là, c’est la barbarie des Africains qui est mis en avant, ou bien le caractère tragique de ce qui arrive aux victimes françaises, ou encore leur attitude héroïque.

Pour compléter le récit de l’expansion française en Afrique, 19 images mettent en scène des événements diplomatiques (visites de personnalités africaines en France, par exemple), politiques ou officiels (comme les voyages présidentiels en Algérie).

10 juin 1893 : « Inauguration du port de Tunis »
2 décembre 1893 : « La mission du roi Behanzin à Paris »
22 octobre 1894 : « M. Le Myre de Vilers à Madagascar »
3 février 1895 : « Événements de Madagascar. M. Le Myre de Vilers et les colons français regagnant la côte »
24 juillet 1898 : « Les ambassadeurs abyssins à l’Élysée »
20 novembre 1898 : « Le petit chaperon rouge » [crise de Fachoda]
9 avril 1899 : « La convention franco-anglaise. M. Paul Cambon et Lord Salisbury »
7 juillet 1901 : « L’ambassade marocaine. Le chef de l’ambassade saluant le drapeau français »
17 novembre 1901 : « Les drapeaux de Madagascar et de Chine aux Invalides »
19 avril 1903 : « Le voyage du président de la République [en Algérie]. En pleine mer »
3 mai 1903 : « Le Président de la République à la mosquée de Sidi-Bou-Médine »
3 mai 1903 : « Voyage du président de la République en Algérie. Fantassin de cavaliers indigènes »
17 juillet 1904 : « Les hôtes de la France. Sidi-Mohamed, bey de Tunis » 
21 janvier 1906 : « À Algésiras. L’arrivée des ambassadeurs marocains à la Conférence »
21 février 1909 : « Au Maroc. Réception de M. Regnault et de l’ambassade française par le sultan Moulay-Hafid »
30 avril 1911 : « Le voyage du président de la République en Tunisie. M. Fallières assiste à une fantasia »
21 juillet 1912 : « Les hôtes de la France. Sidi Mohamed-En-Nasser, Bey de Tunis »
25 août 1912 : « L’abdication de Moulay-Hafid »
9 novembre 1913 : « La délimitation des nouvelles frontières franco-allemandes au Congo »

Sept cartes enfin donnent également à voir la géographie des conquêtes et de la présence française.

3 septembre 1892 : « Carte du Dahomey »
5 mars 1894 : « Carte des expéditions françaises en Afrique »
25 juin 1894 : « Les conventions africaines. Carte du Congo »
9 octobre 1898 : « La mission Marchand et l’Angleterre. Carte de la région explorée »
9 avril 1899 : « Carte de l’Afrique d’après la convention franco-anglaise »
18 janvier 1903 : « Carte de l’empire du Maroc »
14 juin 1903 : [carte et photo de l’oasis de Figuig]

L’autre axe principal des choix d’illustration renvoie à la mise en scène des sociétés africaines et/ou coloniales dans leurs aspects les plus diversifiés, avec toutefois des préoccupations récurrentes.

Le Petit Journal montre d’abord les Africains à son lectorat :

  • Douze portraits de personnalités africaines sont publiés, notamment à l’occasion de leur visite en France, ou bien des principaux événements de leur vie :

23 avril 1892 : « Behanzin, roi du Dahomey »
19 février 1894 : « Proclamation du nouveau roi du Dahomey »
5 février 1899 : « Tentative de suicide de Samory »
19 mars 1899 : « La reine Ranavalo à Alger »
9 juin 1901 : « La reine Ranavalo à Paris »
16 juin 1901 : « Arrivée de la reine Ranavalo à Paris »
29 juin 1902 : « Investiture du nouveau bey de Tunis »
3 août 1902 : « La Ras Makonnen aux Invalides »
23 novembre 1902 : « Agitation au Maroc. Le prétendant Omar Zarahun »
17 juillet 1904 : « Les hôtes de la France. Sidi-Mohamed, bey de Tunis »
5 avril 1908 : « Le nouveau roi de Porto-Novo. Le prince Adjiki, fils de Toffa, coiffé du bicorne à plumes blanches, insigne de la souveraineté, assiste aux fêtes de son couronnement »
21 août 1910 : « Arrivée à Paris de Moussa Ag Amastane Amenoukal des Touareg Hoggars »

  • Des groupes d’indigènes présents dans les attractions des Expositions universelles ou au Jardin d’acclimatation sont parfois montrés (7 images)

28 février 1891 : « Amazones, guerriers et féticheurs dahoméens du Jardin d’acclimatation »
22 avril 1893 : « Les Dahoméens au Champ-de-Mars »
5 août 1893 : « Les Paï-Pi-Bri au Jardin d’acclimatation » [Côte d’Ivoire]
4 juin 1894 : « La caravane de Touareg au Vélodrome d’hiver »
25 octobre 1896 : « La nouba des turcos »
21 octobre 1900 : « Départ des Malgaches »
20 juillet 1913 : « La “nouba” des tirailleurs sénégalais à la revue du 14 juillet »

  • Les Expositions universelles sont ainsi un moment privilégié pour les Français et les Françaises de métropole de se familiariser avec les populations africaines, notamment au sein des pavillons coloniaux, particulièrement à l’honneur en 1900 :

1er avril 1900 : « Exposition de 1900. Pavillon de Madagascar »
10 juin 1900 : « Exposition de 1900. Pavillon de l’Algérie »
15 juillet 1900 : « Exposition de 1900. Pavillon de l’Égypte »
23 septembre 1900 : « Exposition de 1900. Pavillon du Maroc »
9 décembre 1900 : « Exposition de 1900. Pavillons du Sénégal et du Dahomey »

La vie quotidienne fait l’objet d’une quinzaine d’images, montrant des lieux, des coutumes, des cérémonies traditionnelles, ou bien des événements propres aux populations indigènes (14 images).

19 février 1894 : « Proclamation du nouveau roi du Dahomey »
29 juin 1902 : « Investiture du nouveau bey de Tunis »
26 novembre 1892 : « Au Dahomey. Les fétiches de Kana. – Le dieu de la guerre »
19 mai 1895 : « L’armée Hova »
20 octobre 1895 : « Prise de Tatanarive. Le palais de la reine »
27 octobre 1895 : « Expédition de Madagascar. Une rue de Tananarive »
19 mars 1899 : « La mi-Carême à Tunis »
31 mars 1901 : « Dans le Sud algérien. La Djemaa de Charrouin demande l’aman »
30 mars 1902 : « À Sétif. Mort d’un acrobate »
8 mars 1903 : « Au Gouhara. Les grandes caravanes annuelles remontent vers le Nord »
28 juin 1903 : « Mariage du fils du bey de Tunis. Première entrevue avec la fiancée dans l’appartement des femmes »
15 décembre 1907 : « La fidélité de l’”autre France”. Les chefs arabes savent garder la foi jurée »
5 février 1911 : « Ceux que nos soldats combattent dans le centre africain. Les “Cuirassiers” du Ouadaï »
14 décembre 1913 : « Au Maroc. Les Beni Bou Yahi demandent l’Aman »

La dimension ethnographique est cependant très peu présente : le journal lui préfère une ligne éditoriale consistant à montrer la dangerosité de la vie en Afrique.

  • Les risques viennent du milieu naturel, avec six images de calamités naturelles ou d’attaques d’animaux sauvages) :

4 juillet 1891 : « Le fléau algérien (Invasion de sauterelles) »
27 mars 1898 : « Cyclone à Mayotte »
14 septembre 1902 : « Lutte terrible contre un serpent »
28 août 1904 : « Les incendies de forêts en Algérie. Les troupes s’efforcent de circonscrire le feu »
6 novembre 1904 : La catastrophe d’Aïn-Sefra. Les soldats de la Légion organisant le sauvetage »
4 août 1912 : « La mort de Latham »

  • Mais surtout la dangerosité est le fait des populations africaines elles-mêmes, dont le journal se plaît au pire à montrer la sauvagerie, au mieux à expliquer qu’elles vivent dans l’insécurité ou la génèrent : pas moins de 31 gravures montrent ainsi les razzias et actes de brigandage, des assassinats, la cruauté des châtiments, les appels à la révolte contre la France…

 17 octobre 1891 : « La fin d’un brigand en Algérie (Sa tête apportée aux autorités par un indigène) »
24 octobre 1891 : « Les affaires du Maroc. Assassinat d’un ami de la France »
9 décembre 1894 : « À Madagascar. Les princesses royales prêchant la guerre sainte »
6 février 1898 : « Les émeutes à Alger »
28 octobre 1900 : « Une razzia dans le Sud oranais »
28 avril 1901 : « Au Maroc. Assassinat de M. Pouzet »
19 mai 1901 : « Les troubles de Margueritte (Algérie). Courageux dévouement d’une institutrice »
30 juin 1901 : « Attaque d’un courrier en Algérie »
9 février 1902 : « Deux capitaines français assassinés par des Marocains »
18 janvier 1903 : « La guerre civile au Maroc »
19 avril 1903 : « Graves événements dans le Sud-Oranais. Convoi français attaqué par des Marocains »
14 juin 1903 : « Dans le Sud oranais. L’Agression de Figuig – Énergique répression »
11 octobre 1903 : « Les passagers et l’équipage de l’ “Amiral-Gueydon” naufragés sur la côte d’Afrique »
13 novembre 1904 : « Le banditisme à la frontière marocaine. Une voiture de messageries attaquée par des voleurs de grand chemin »
25 juin 1905 : « Au Maroc. Assassinat de M. Madden, vice-consul d’Autriche à Mazagran »
27 mai 1906 : « Comment se venge le prétendant marocain. Algérien attaché à la bouche d’un canon »
4 novembre 1906 : « Les troubles à la frontière algéro-marocaine. Un agitateur musulman prêchant la guerre sainte »
18 novembre 1906 : « Le guet-apens de l’Adrar. Un détachement français assailli par les Maures, à Tidj-Kajda. – Deux officiers et deux sous-officiers tués »
7 avril 1907 : « Un Français assassiné au Maroc. Le docteur Mauchamp, médecin du dispensaire de Marrakech, lapidé par les indigènes »
23 juin 1907 : « L’explosion d’un navire sur la cote tunisienne. Sur le point d’être pris, le capitaine d’un sakolève chargé de contrebande se fait sauter avec son équipage »
24 novembre 1907 : « L’anarchie au Maroc »
5 avril 1908 : « Au cap Juby. L’équipage du chalutier “Baleine”, capturé par les Maures, est délivré par les matelots du “Cassard” »
16 août 1908 : « Supplice marocain. Un caïd crucifié et coupé en morceaux à Marrakech »
11 juillet 1909 : « Une triple exécution en Algérie. Nour-Bouchta, l’un des condamnés, harangue la foule avant d’aller à l’échafaud »
5 septembre 1909 : « Les cruautés du sultan Moulay-Hafid. Par son ordre, les partisans du Rogui faits prisonniers subissent d’horribles tortures »
24 avril 1910 : « La barbarie marocaine. Comment on traite les marins en grève dans l’empire de Moulay-Hafid »
25 décembre 1910 : « — Et dire que c’est avec des fusils français que ces sauvages tuent nos soldats ! »
14 mai 1911 : « Les événements du Maroc. Courrier de Fez poursuivi par les Cavaliers des Tribus »
28 janvier 1912 : « Un musulman jaloux torture sa femme »
1er septembre 1912 : « Dans le Sud marocain. L’appel aux armes des partisans de Hibba »
19 déc. 1920 : « Un train attaqué en Algérie » [par des pillards arabes]

L’intention ici est évidente : bien loin d’une volonté de documenter la vie traditionnelle, il s’agit de justifier l’intervention et la présence françaises dans ces régions.

L’action “civilisatrice” de la France est donc également mise en valeur, par ses apports en termes d’agriculture, de savoirs ou de techniques, même si cette thématique est en définitive assez peu présente, en tout cas beaucoup moins que celle des conquêtes militaires, avec seulement 11 images :

7 novembre 1897 : « À Madagascar. Leçons de culture aux indigènes »
18 février 1900 : « En Algérie. Inauguration de chemin de fer à Saïda »
25 janvier 1903 : « Expériences d’aérostation à travers le Sahara. Lancement des ballons-pilotes »
6 septembre 1903 : « Pendant les vacances scolaires. Caravane d’instituteurs français en Algérie »
10 janvier 1904 : « L’Égypte antique. Les fouilles de M. Gayet, à Antinoé »
15 janvier 1904 : « Les événements du Maroc. Caravane d’Européens rentrant à Fez »
24 novembre 1907 : « Les prodiges de la télégraphie sans fil. On communique entre Paris et Casablanca »
21 février 1909 : « Une ferme d’autruches à Madagascar »
15 janvier 1911 : « Au Congo français. L’Éléphant dressé au labour »
19 novembre 1911 : « La France va pouvoir porter librement au Maroc la civilisation, la richesse et la paix »
31 décembre 1911 : « Au salon d’aviation. La foule devant l’aéroplane du “Petit Journal” qui a accompli le raid de Casablanca à Fez »

Deux administrateurs seulement voient leur portrait publié dans le Petit Journal – beaucoup moins que les officiers ! Il s’agit des gouverneurs de l’Algérie Cambon (9 mai 1897) et Lépine (17 octobre 1897). Quelques civils ont toutefois de temps à autre les honneurs du Supplément illustré, à la suite d’actions héroïques :

19 mai 1901 : « Les troubles de Margueritte. Courageux dévouement d’une institutrice »
22 février 1903 : « Derniers moments d’un explorateur français. Le vicomte du Bourg de Bozas » 5 janvier 1902 : « Courage d’un administrateur algérien »
17 mai 1908 : « L’action féminine. Les femmes françaises soignant les blessés au Maroc »

La vie civile est en fait, globalement, moitié moins présente que les aspects militaires de la présence française en Afrique, beaucoup plus spectaculaire et plus propice à l’exaltation d’un patriotisme cocardier cher au Petit Journal durant toute la période.

Le Petit Journal s’aventure peu hors de l’empire français : les autres nations européennes sont peu représentées (46 images) et, la plupart du temps, c’est pour pointer du doigt leurs faiblesses. Alors que la conquête française enchaîne les victoires, les concurrents européens ne sont évoqués que pour pointer du doigt leurs échecs ou leurs difficultés.

3 octobre 1891 : « Destruction d’une expédition allemande en Afrique »
23 janvier 1892 : « Les mystères de Khartoum (évasion des prisonniers du Mahdi) »
11 février 1893 : « Un protecteur » [Les Anglais en Égypte]
18 novembre 1893 : « La guerre au Maroc. Mort du général espagnol Margallo » 
12 mars 1894 : « Défaite anglaise en Afrique »
9 février 1896 : « Le pain complet » [l’Italie en Abyssinie]
29 novembre 1896 : « En Abyssinie. Mise en liberté des prisonniers italiens »
24 janvier 1897 : « Massacre d’une Mission anglaise au Bénin »
22 novembre 1903 : « En Afrique. Massacre d’une garnison allemande »
15 octobre 1911 :  « Par l’occupation italienne, la Tripolitaine s’ouvre enfin à la civilisation »

Ainsi, pas moins de 37 images illustrent la guerre au Transvaal et la situation de l’Afrique du Sud britannique, dans un traitement très largement défavorable au Royaume-Uni, cible principale des attaques.

19 janvier 1896 : « Au Transvaal » / 15 octobre 1899 : « Les événements du Transvaal. Départ de troupes anglaises » / 22 octobre 1899 : « Événements du Transvaal. Carte de l’Afrique australe » / 29 octobre 1899 : « Événements du Transvaal. Les premiers prisonniers anglais » / 5 novembre 1899  / 12 novembre 1899 / 19 novembre 1899 : « Le lion anglais et le taureau Boer » / 19 novembre 1899 bis / 26 novembre 1899 : carte / 10 décembre 1899 / 17 décembre 1899 / 24 décembre 1899 / 31 décembre 1899 / 7 janvier 1900 / 14 janvier 1900 / 28 janvier 1900 / 11 février 1900 / 18 mars 1900 / 25 mars 1900 / 25 mars 1900 (2) / 29 avril 1900 / 25 novembre 1900 / 2 décembre 1900 / 9 décembre 1900 (1) / 9 décembre 1900 (2) / 9 décembre 1900 (3) / 20 janvier 1901 / 23 juin 1901 / 13 octobre 1901 / 8 décembre 1901 / 19 janvier 1902 / 9 février 1902 / 30 mars 1902 / 22 juin 1902 [Paix] / 26 octobre 1902 / 2 novembre 1902  / 25 janvier 1903 /

Huit images concernent également le Nord-Est de l’Afrique, à savoir les événements d’Éthiopie/Abyssinie :

10 novembre 1895 : « Menelik. Négus d’Abyssinie »
29 décembre 1895 : « Le Ras abyssin Makonnen »
29 mars 1896 : « S. M. Taïtou. Impératrice d’Abyssinie »
29 novembre 1896 : « En Abyssinie. Mise en liberté des prisonniers italiens »
10 juillet 1898 : « Un cadeau de Ménélick »
24 juillet 1898 : « Les ambassadeurs abyssins à l’Élysée »
28 août 1898 : « Le Négus Ménélik à la bataille d’Adoua »
1er mars 1908 : « Les incidents d’Éthiopie. Chef abyssin opérant une razzia »

Pour résumer, parmi les près de 300 images consacrées à l’Afrique et à ses relations avec les puissances européennes publiées dans les trois décennies courant de 1891 à 1930, le supplément illustré du Petit Journal s’est surtout focalisé sur la France, et avant tout sur un récit glorieux et héroïque des conquêtes militaires qu’elle y mène. Montrée comme un territoire hostile, tant par son milieu difficile que par ses populations marquées par une certaine sauvagerie, l’Afrique est un continent à civiliser, où la France a un rôle primordial à jouer face aux appétits des autres puissances. Ainsi le premier des quotidiens populaires publiés en métropole aura-t-il, grâce à la puissance de sa diffusion et à la force d’évocation de ses images particulièrement spectaculaires, contribué à fixer dans les imaginaires une iconographie de la colonisation favorable aux entreprises européennes, et notamment françaises, dans ce domaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.