L’histoire en chiffres : retour sur quelques tentatives de quantification de la production de livres d’histoire en France au XIXe siècle

Pour les besoins d’une enquête en cours sur l’Histoire de France de Victor Duruy et celle d’Henri Martin, j’ai cherché à collecter des données sur l’édition d’histoire en France au XIXe siècle. Je cherchais en effet à déterminer quelle pouvait être la part de l’effet de mode dans la causa scribendi de ces deux ouvrages, et à comprendre comment les caractéristiques du marché éditorial avaient pu déterminer leur rédaction, au même titre que les ambitions proprement intellectuelles de leurs deux auteurs. Que l’histoire de France soit à la mode au XIXe siècle est un fait connu, presque un lieu commun des études sur cette période. La longévité de l’Histoire de France d’Anquetil, le tournant que représentent dans les années 1820 les Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry et les Essais sur l’histoire de France de Guizot, et à partir de la décennie suivante les monumentaux ouvrages de Michelet et Henri Martin, le succès de l’Histoire de France de Madame de Saint-Ouen et, bien sûr, à l’autre extrémité du siècle, de celle d’Ernest Lavisse, sont autant d’éléments bien connus qui viennent à l’appui de cette assertion[1].

(c) BnF/Gallica

Mais au-delà de ces quelques exemples ponctuels, je souhaitais disposer d’éléments plus généraux sur l’évolution du marché du livre d’histoire de France. Sans céder aux sirènes néo-positivistes de l’histoire quantitative, je pensais que quelques estimations chiffrées pouvaient permettre de mieux justifier ce lieu commun. Qu’un Michelet, qu’un Guizot, intellectuels, hommes de culture, se passionnent pour l’histoire de France, ne veut pas dire qu’il s’agit d’un phénomène généralisé ; de même, le succès d’ouvrages destinés à un public scolaire comme ceux de Madame de Saint-Ouen et de Lavisse ne devait pas nécessairement permettre de conclure à un goût du public, hors ce segment particulier et captif du marché éditorial. Je suis donc parti en quête d’études quantitatives plus vastes, permettant d’avoir une idée statistique un peu plus juste de la place que pouvait occuper le livre d’histoire sur le marché éditorial au XIXe siècle. En partant d’un principe simple : si les éditeurs, en un siècle où leur activité s’industrialise et est de plus en plus marquée par le souci du profit, mettent sur ce marché des livres d’histoire, c’est bien qu’une demande existe, qu’il y a un goût dans la société pour ce genre particulier.

Au fil de mes recherches, j’ai pu identifier plusieurs études apportant des éléments de réponse à ma question. Ces éléments forment un ensemble incomplet et, d’une certaine façon, insatisfaisant : ils portent en effet sur le livre d’histoire en général, la catégorie “histoire de France” n’étant pas forcément interrogée. Je n’ai guère pu trouver que deux chiffres illustrant spécifiquement cette passion pour le passé national. Christian Amalvi trouve dans le Catalogue général de l’histoire de France 215 histoires générales de la France publiées entre 1802 et 1914 (soit environ deux chaque année), quand on n’en trouve que 159 pour l’ensemble des trois siècles précédents[2]. Charles-Olivier Carbonell compte lui 168 livres consacrés à l’histoire de France (et non plus des histoires générales) parus entre 1870 et 1874[3].

Ces deux chiffres ne disent pas grand-chose du succès de l’histoire nationale. Force est donc de se tourner vers des données plus générales. Plusieurs enquêtes permettent de dresser les contours statistiques de ce que fut cette passion des Français du XIXe siècle pour l’histoire. Ces études sont, par ordre d’apparition, celles de Charles-Olivier Carbonell (1976), Claude Savart (1985), Pim den Boer (1987), David Gaussen (2015)[4]. Ces quatre historiens, ont tenté de quantifier l’édition historique, chacun à leur manière, c’est-à-dire selon des problématiques différentes et en se basant sur des sources qui l’étaient tout autant.

Cette diversité méthodologique interroge d’ailleurs : comment quantifier les livres d’histoire ? Question habituelle en bibliométrie[5], qui en amène immédiatement deux autres : qu’est-ce qu’un livre ? Et qu’est-ce que l’histoire ? Sans prétendre apporter de réponse définitive à ces interrogations dont le traitement mériterait un espace plus ample qu’un simple billet sur un carnet de recherches, on peut au moins verser au dossier deux éléments significatifs, tirés du corpus précisé ci-dessus. Charles-Olivier Carbonell choisit ainsi d’exclure de son étude les ouvrages scolaires, et donc de se baser sur une définition restreinte du marché du livre. David Gaussen, lui, reproche au même Charles-Olivier Carbonell d’inclure dans son corpus de livres d’histoire, des ouvrages considérés par sa source comme relevant de la catégorie « Religion », en l’occurrence des vies de saints dont il pense (peut-être à tort, mais le débat n’est pas là), qu’ils possèdent aussi une dimension historique.

Ces éléments montrent bien que les choix nécessairement opérés pour effectuer cette étude bibliométrique appliquée au livre d’histoire impliquent des biais fondamentaux qui doivent nécessairement amener le chercheur à considérer avec beaucoup de précautions tant les chiffres donnés par les historiens que ceux fournis par les sources qu’ils ont utilisées. D’un auteur à l’autre, on ne parle forcément pas de la même chose quand on définit une catégorie « livre d’histoire ».

Ne serait-ce que parce que les sources du XIXe siècle elles-mêmes ne sont pas du tout claires sur ce sujet. Un exemple suffira à le montrer si besoin est : dans le catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement de 1862, on trouve dans la rubrique « Histoire » des ouvrages comme le Dictionnaire des contemporains de Gustave Vapereau, mais aussi les divers exemplaires de la Bible que possède l’institution. Tandis qu’un ouvrage typiquement historique, L’Administration en France sous Richelieu, de J. Caillet, est classé à la catégorie « Jurisprudence – Économie politique ». Si l’on devait se baser sur le seul regroupement opéré par les bibliothécaires de la rue de Turenne en ce début des années 1860 sans y regarder de plus près, la statistique définie serait automatiquement erronée.

(c) Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement

Ces diverses précautions d’usage – si ce n’est d’évidence – posées, tentons malgré tout, puisque nous n’avons que cela à notre disposition, de voir ce que donnent les enquêtes menées par nos cinq historiens, et d’en tirer, s’il est possible, des éléments statistiques sur la place du livre d’histoire sur le marché éditorial en France au XIXe siècle. Commençons par la première d’entre elles, celle menée par Charles-Olivier Carbonell dans son ouvrage pionnier Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), publié en 1976. Afin d’établir une statistique des livres d’histoire, il s’appuie sur la source préférée des historiens de l’édition et des spécialistes de bibliométrie : le Journal général de l’imprimerie et de la librairie ou Bibliographie de la France, créée en 1811 et censée recenser l’ensemble des livres publiés en France – du moins officiellement, puisque ce recensement est opéré à partir des registres du Dépôt légal[6]. Les tables systématiques de ce périodique officiel facilitent grandement la comptabilisation – même si elles comportent forcément des lacunes. Pour tenter de réduire la marge d’erreur, Charles-Olivier Carbonell complète son analyse par le dépouillement des chroniques bibliographiques des revues historiques, ainsi que par celui du Catalogue général de la librairie française d’Otto Lorenz, autre source favorite des amateurs de bibliométrie. Si l’enquête menée couvre également la période moderne à partir de 1598, elle fournit pour le XIXe siècle des données assez cohérentes, établies par sondages à intervalles de dix ans jusqu’aux années 1870. La part occupée par les livres d’histoire dans l’ensemble de la production tournerait selon lui autour de 8 ou 9% sous la monarchie constitutionnelle, monterait à près de 10% sous le Second Empire, redescendant à 8,4% en 1870 pour monter à un peu plus de 10% en 1874. Cette assez grande stabilité permet de tirer au moins une conclusion : la production historique représenterait environ un dixième du marché éditorial sur le demi-siècle courant des années 1820 aux années 1870, sans variations notables entre ces deux dates.

Une dizaine d’années après l’étude de Charles-Olivier Carbonell, l’historien néerlandais et francophone Pim den Boer publie à son tour une étude tirée de sa thèse sur l’institutionnalisation du métier d’historien au XIXe siècle, ouvrage traduit en anglais en 1998 et en français seulement en 2015. Se référant à l’étude pionnière de son prédécesseur, et repartent comme lui de l’Ancien Régime, il livre ses propres chiffres, concernant des années précises, basés sur l’exploitation d’autres sources, et sensiblement surévalués. Les Notions statistiques sur la librairie de Daru, parues en 1827, lui permettent d’établir que l’histoire représente 27% des ouvrages publiés entre 1811 et 1825. Soixante-dix ans plus tard, en 1897, l’Introduction au Catalogue général de la Bibliothèque nationale établi par Léopold Delisle donne une proportion équivalente pour la deuxième moitié du siècle : environ 26% en 1864, 23% en 1897 (proportions montant respectivement à 30 et 25% si l’on prend en compte l’histoire religieuse). L’article d’Eugène Morel sur « La production de l’imprimerie française en 1909 », publié dans le Mercure de France en avril 1910 établit lui qu’en cette année 1909, les livres d’histoire représentaient 30% de la production totale, chiffre que conteste toutefois Pim den Boer : grâce à des sondages “au hasard” dans la Bibliographie de la France, il établit que la part de l’histoire tourne autour des 7-9% de la production totale dans les années 1880-1890, et fluctue entre 10 et 13% dans les années 1900, mais il juge ces chiffres sous-évalués en considérant que la source ne prend pas en compte un grand nombre d’ouvrage d’histoire locale. On note donc avec l’étude de Pim den Boer une part plus importante (du simple au double !) des livres d’histoire que dans l’enquête de Charles-Olivier Carbonell : pour lui le niveau des 10% semble un plancher, le chiffre réel pouvant monter jusqu’à plus de 25%. Le seul point commun est une certaine stabilité dans l’évolution, avec toutefois une légère tendance à la hausse pour la fin du siècle – période que ne couvrait pas l’estimation de 1976.

Dernière étude en date, celle de David Gaussen dans le cadre d’un travail sur L’Invention de l’histoire nationale de la Révolution à 1848. Repartant lui aussi du travail de Charles-Olivier Carbonell, il en conteste la méthodologie, et préfère se baser lui sur une nouvelle source : le Journal de la littérature en France, publié de 1798 à 1841, qui présente comme la Bibliographie de la France l’intérêt de fournir un classement par rubriques susceptibles d’aider au recensement de l’historien. En additionnant les chiffres fournis par les catégories « Histoire », « Biographies », « Antiquités », puis à partir de leur apparition en 1823, celles de l’ « Histoire militaire » et de l’ « Histoire ecclésiastique », il obtient une moyenne légèrement supérieure à 10% de la production totale pour les années 1798-1838, avec cependant de fortes variations : entre 6 et 8% sous l’Empire, toujours plus de 10% à partir des années 1820, jusqu’à près de 20% à la fin des années 1830. On décèle en effet, dans ces chiffres fournis par le Journal de la littérature, une tendance à la hausse : avant 1815, paraissent en moyenne 75 livres d’histoire par an, ce qui représente moins de 8% de la production totale de livres. Sous la monarchie constitutionnelle, ce sont 125 livres portant sur l’histoire qui sortent chaque année, soit plus de 13% de l’ensemble : 134 dans les années 1820 (12,9%), 165 dans la décennie suivante (14,6%).

L’ouvrage désormais classique de Claude Savart sur l’édition catholique en France doit également être cité. Publié en 1985, il donne en effet des estimations de la production historique de 21 éditeurs réputés catholiques sur la période 1851-1870. Le segment chronologique est restreint, comme celui du marché considéré. Toutefois cette étude existe et mérite d’être versée au dossier, parce qu’elle donne un éclairage sur une partie du marché qui reste extrêmement dynamique. Que nous dit-elle ? Que ces maisons d’édition publient plus de 3 800 ouvrages historiques sur la période, ce qui représente un quart des 15 000 livres qu’ils produisent dans ce même temps. C’est là une estimation assez proche de celle fournie par les sources utilisées par Pim den Boer, mais il faut noter la grande diversité des situations : en fonction des éditeurs, la part de l’histoire dans les catalogues varie entre 9 et 41%.

Tableau de synthèse des données fournies par les quatre études

Difficile de synthétiser toutes ces données. Ces quatre enquêtes montrent de grandes variations dans les chiffres obtenus en fonction de la source utilisée. Pour les unes, on serait plutôt autour de 10-15% de la production totale ; pour les autres, ce serait… le double. On pourra, a minima, adopter un moyen terme, et considérer, comme Pim den Boer, que la réalité se situe entre ces deux niveaux d’estimation.

Ce sur quoi s’accordent cependant ces enquêtes divergentes, c’est sur l’évolution tendancielle de cette production. En valeur absolue, elle augmente régulièrement jusqu’aux années 1870, avant de fluctuer à partir des années 1880 ; globalement, elle aurait à peu près quadruplé entre les années 1820 et les années 1870 – ce qui correspond à peu près au rythme d’augmentation de la production globale de livres, qui semble être sur une tendance au quintuple sur tout le siècle. Notons d’ailleurs que les fluctuations du dernier quart du siècle sont elles aussi un phénomène général, lié notamment à la libéralisation du marché du livre. La suppression du brevet en 1870 puis la loi du 29 juillet 1881 qui, en relâchant un temps le contrôle étatique sur la production établi par Napoléon et maintenu avec constance par ses successeurs, conduit à réduire le nombre de déclarations et à faire qu’une partie de la production échappe aux recensions, introduit un biais dans les sources utilisées par les historiens. En outre, la crise du marché du livre à la fin du siècle, marché saturé par l’augmentation rapide d’une production qu’il finit par ne plus réussir à absorber, entraîne elle aussi une baisse de la production, qui touche tous les domaines, y compris l’histoire.

En valeur relative, les proportions fluctuent également, et on semble assister à un doublement progressif de la part de l’histoire sur le marché éditorial. Sûrement encore inférieure à 10% sous la Restauration, la part que représente le livre d’histoire dépasse ce seuil sous la monarchie de Juillet, avant d’y redescendre sous le Second Empire, et de remonter vers les 15% dans les années 1880-1910. Cette catégorie maintient donc grosso modo ses positions tout au long du siècle, autour, sûrement, de 10 à 15% du marché total de l’édition. On peut voir le verre à moitié vide et analyser cette constance comme une stagnation. Ou bien le considérer à moitié plein, et se féliciter que le genre historique soit parvenu à maintenir ses positions face à l’invasion du marché par la littérature et particulièrement le roman. D’autres secteurs n’ont pas résisté à ce raz-de-marée : le livre religieux semble avoir connu des fluctuations plus importantes, représentant, d’après le même Claude Savart, 12% du marché jusqu’aux années 1850, montant à 16% dans les années 1860 (ce qui explique sûrement, mécaniquement, l’érosion relative de la place du livre d’histoire constatée sous le règne de Napoléon III), avant de redescendre à 10% à la fin des années 1870, passant alors vraisemblablement derrière la catégorie des livres d’histoire après une domination pluriséculaire sur le marché éditorial[7]. En restant, malgré les aléas du marché, à des niveaux à peu près identiques tout au long de la période, le genre historique s’est sûrement imposé comme le premier champ du savoir en termes d’importance économique, laissant derrière elle toutes les autres disciplines scientifiques, ce qui semble confirmer qu’il est bel et bien devenu cette passion qui n’a cessé depuis d’agiter les Françaises et les Français.

Ces enquêtes dispersées mériteraient une investigation plus poussée. Elles posent en effet deux ensembles de problèmes. D’une part, la plupart des données fournies proviennent de recensements déjà opérés, que ce soit par les tables systématiques de périodiques (Bibliographie de la France, Journal de la littérature) ou par des initiatives individuelles de recensement. Chacune de ces entreprises est basée sur des choix particuliers, sur des sources (comme le Dépôt légal) elles-mêmes forcément lacunaires, comme le montrent les variations de chiffres d’une enquête à l’autre pour des moments identiques. Elles comprennent donc des biais essentiels qui font que les corpus qu’elles donnent sont forcément incomplets, et que les chiffres auxquels elles aboutissent doivent être considérés comme des seuils planchers, plus ou moins éloignés de la réalité.

Ce d’autant plus que – et c’est le deuxième problème posé par les enquêtes utilisées – il n’y a pas forcément de tentative d’évaluation comparative des mérites des différentes sources et des différentes enquêtes menées. David Gaussen n’utilise qu’une seule source exclusive. Charles-Olivier Carbonell complète la sienne avec une autre. Pim den Boer est le seul à mettre en regard plusieurs estimations et à en décrire les mérites et les inconvénients. Seule en effet la comparaison des données d’une source à l’autre doit permettre de corriger les erreurs inévitables qui s’y sont glissées et d’espérer pouvoir atteindre une collecte plus exhaustive. On peut penser que les données corrigées ne présenteront pas forcément de différences majeures avec les chiffres déjà calculés. Mais elles donneront forcément une idée plus juste de ce que fut la production de livres d’histoire au XIXe siècle.

Références des ouvrages utilisés

Carbonell Charles-Olivier, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, 605 p.

Den Boer Pim, Une histoire des historiens français, Paris, Vendémiaire, 2015 (1987), 574 p. [The Study of History in France 1870-1914, Princeton University Press, 1998]

Présentation de l’ouvrage en vidéo par l’auteur sur Youtube (mise en ligne par l’éditeur le 6 octobre 2015).

Gaussen David, L’Invention de l’histoire nationale en France (1789-1848), Marseille, Éditions Gaussen, 2015, 327 p.

Conférence donnée par l’auteur le 22 octobre 2015 à la librairie L’Alinéa (Martigues, 13). Mise en ligne le 24 novembre 2015.

Savart Claude, Les Catholiques en France au XIXe siècle : le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, 1985, 718 p.

Notes

[1] Eléments sur l’édition d’histoire en France dans Parinet Élisabeth, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points. Histoire », 2004, p. 63-66.

[2] Amalvi Christian, « Histoire de France », dans Gauvard Claude et Sirinelli Jean-François (dir.), Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, « Quadrige », 2015, p. 335.

[3] Carbonell Charles-Olivier, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, p. 91-92.

[4] Voir en fin de billet la référence complète de ces ouvrages.

[5] Voir à ce sujet : Vaillant Alain (dir.), Mesure(s) du livre. Colloque organisé par la Bibliothèque Nationale et la Société des études romantiques 25-26 Mai 1989, Paris, Bibliothèque Nationale, 1992, 301 p.

[6] Seckel Raymond-Josué, « La Bibliographie de la France. Survol historique », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 39, 2011, p. 47-60.

[7] Parinet, op. cit., p. 50.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.