Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà…

La récente publication par le ministère de l’Éducation nationale d’une étude d’impact liée au projet de loi sur l’ « Ecole de la confiance » suscite la polémique. Comme le note François Jarraud dans un article publié sur le site du Café pédagogique, une disposition entrouvre en effet la porte à une possibilité de censure de la parole publique des enseignants, notamment sur les réseaux sociaux. Une décision qui choque mais qui s’inscrit dans une double tradition de l’administration de l’enseignement de la France : le musèlement de la parole enseignante d’une part, et une politique de communication visant à donner une image lisse et positive du monde scolaire.

L’administration publique de l’enseignement se met progressivement en place en France à partir du début du XIXe siècle, avec la création par Napoléon, en 1806, de l’Université (comprendre ce terme comme le corps des professeurs de l’enseignement secondaire et supérieur), puis la mise en place en 1822 d’un ministère de l’Instruction publique – dont le nom sera transformé en Éducation nationale en 1932. Quant aux instituteurs, ils ne rejoindront cet ensemble qu’en 1889 en obtenant le statut de fonctionnaires d’État.

Dès le départ, cette administration et ce personnel pâtissent d’une image négative dans l’opinion. Les professeurs de l’Université sont perçus par les pouvoirs conservateurs qui se succèdent comme subversifs, parce que trop avancés politiquement. Ainsi en 1822, c’est essentiellement pour cette raison qu’est supprimée l’Ecole normale (aujourd’hui supérieure), accusée d’être un repaire d’odieux libéraux. C’est aussi la raison qui pousse en 1851-1852, au moment de la mise en place du Second Empire autoritaire, à l’interdiction pour les professeurs de porter la barbe, vue comme une marque d’appartenance politique aux courants les plus à gauche. Tous sont par ailleurs obligés de prêter serment de fidélité au nouvel empereur.

Lithographie coloriée d’A. Cheyère, vers. 1830 (17x18cm). Imprimeur : Genty.
(c) Musée national de l’Education

Les instituteurs de leur côté sont également particulièrement mal vus, tant en raison de leurs orientations politiques supposées que d’une tenace réputation de médiocrité sociale,économique et… pédagogique. En 1849, Adolphe Thiers se plaint ainsi des « petits instituteurs laïques », ces « trente-sept mille socialistes et communistes, véritables anti-curés… ».

Les années 1860 marquent une certaine rupture. Le ministre Victor Duruy, lui-même issu de l’Université (il est professeur d’Histoire dans les grands lycées parisiens depuis le début des années 1830), souhaite, comme d’ailleurs certains de ses prédécesseurs, réhabiliter l’image du corps enseignant en particulier, et de l’éducation en général, dont il s’agit de faire l’un des piliers de la modernisation économique et politique du pays, à l’heure de l’industrialisation et du suffrage universel.

Portrait de Victor Duruy, photo. Mayeur et Pierson, années 1860 (c) BnF-Gallica

Il mène ainsi à l’égard des instituteurs une politique de revalorisation symbolique qui passe autant par la hausse de leur traitement que par l’emploi d’un vocabulaire mélioratif : ils deviennent dans le discours officiel les « soldats de la paix », expression qui annonce les « hussards noirs de la République » répandue à partir du début du XXe siècle.

C’est une véritable politique de communication qui se met en place, et le ministre utilise à cette fin l’organe de presse de son administration, le Bulletin administratif de l’Instruction publique, qui publie à longueur de colonnes de nombreuses informations sur les hauts faits et titres de gloire du monde enseignant.

Ce changement d’attitude de l’administration à l’égard de ses fonctionnaires connaît cependant de réelles limites. L’Instruction publique continue à ne vouloir voir aucune tête dépasser, et réagit sévèrement aux prises de position publiques des enseignants. Comme un fait exprès, l’École normale supérieure en est à nouveau victime en 1867, lorsque tous les élèves en sont exclus après que certains ont signé une pétition politique publiée dans la presse. Affaire qui avait ranimé les critiques contre ces (futurs) enseignants décidément beaucoup trop libéraux et subversifs…

Ainsi, le principe s’impose, qu’aucune « affaire » ne saurait sortir dans le débat public. L’administration supérieure limite au maximum la transmission des affaires disciplinaires à la Justice, préférant laver son linge sale en famille en réglant ces affaires en interne : à l’heure de la réhabilitation du corps enseignant, il s’agit de ne pas exposer au grand jour les défaillances internes d’un corps à qui est confié la mission d’éduquer la nation.

Le Travailleur de l’enseignement technique, n° 18, mars 1938 (c) BnF-Gallica

Il s’agit aussi, et il s’agira longtemps, d’empêcher la liberté d’expression revendiquée par les professeurs, notamment en leur refusant, comme aux autres fonctionnaires, le droit de se syndiquer reconnu aux  salariés en 1884. L’impératif de neutralité s’impose, sans qu’on puisse vraiment démêler les raisons liées à la volonté paternaliste d’éviter de leur faire prêter le flanc aux habituelles accusations de parti-pris, et à celle plus politique de museler les contestations au sein d’un corps professionnel qui a appris à réfléchir, porté au regard critique et sensible dès longtemps à la politisation. Il faut donc attendre 1924 pour que les syndicats d’enseignants (comme le Syndicat national des instituteurs, 1919), créés malgré l’interdiction, soient tolérés, et la Libération pour que le droit syndical soit enfin reconnu aux professeurs.

Depuis cependant, ces droits n’ont cessé d’être confirmés, notamment par la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires. Corollaire de ce droit à l’expression, le principe du devoir (ou obligation) de réserve qui s’impose aux enseignants comme aux autres agents de la fonction publique depuis au moins les années 1930, est aussi venu tenter d’apporter une réponse pas toujours efficace, et juridiquement problématique, à ce problème structurel des relations entre le ministère et ses administrés.

150 ans ont passé, et les mêmes principes semblent aujourd’hui régir la politique de communication du ministère. Le récent mouvement #PasDeVagues témoigne des problèmes posés par cette volonté persistante de l’administration d’étouffer toutes les affaires qui pourraient, à toutes les échelles, ternir l’image de l’Éducation nationale.

La communication du ministère s’est par ailleurs entre temps institutionnalisée, suivant en cela un phénomène généralisé à l’ensemble du monde politique. On trouve rue de Grenelle, comme dans les autres ministères, une Délégation à la communication étoffée, constituée dans son organisation actuelle par le décret et l’arrêté du 17 février 2014. Les années 2000 ont été marquées par un investissement croissant dans ce domaine, avec, d’après une note de 2011 de la Cour des comptes, une augmentation de 41% des dépenses liées à la communication entre 2006 et 2010 (quand l’ensemble des ministères voyait une hausse de seulement 25%).

Claude Allègre caricaturé par Tirez dans France-Soir, 12 avril 2000.

Il fallait sûrement au moins cela pour tenter (en vain ?) de rétablir une relation fortement compromise par les maladresses et vexations générées par certains discours ministériels, comme d’ailleurs par certaines réformes jugées brutales et non concertées. En remontant plus loin que les contestations récentes suscitées par les réformes du lycée, du baccalauréat (réforme Blanquer) et du collège (réforme Vallaud-Belkacem), il faut se souvenir des propos peu amènes du ministre Claude Allègre en 1997 contre l’absentéisme des enseignants (un véritable “marronier”, ainsi que le rappelle Claude Lelièvre) et le « Mammouth » qu’il s’agissait de« dégraisser ». Des propos à l’emporte-pièce qui avaient suscité un tollé dans le monde enseignant et durablement affecté les relations entre ce dernier et le ministère. Le même ministre avait d’ailleurs souhaité développer une politique de communication pour remettre à l’honneur les questions d’éducation… comme son lointain prédécesseur Victor Duruy.

Entre aujourd’hui et hier, bien-sûr, la situation a bien changé. Personne dans la société d’aujourd’hui ne conteste la nécessité d’une éducation généralisée, et si certains peuvent critiquer son coût et son organisation, peu sont ceux qui reviennent sur son principe. Les ministres d’aujourd’hui n’ont plus, comme au XIXe siècle, une nation à convaincre de l’importance de leur mission et de la légitimité de l’administration qu’ils dirigent. Leur rhétorique porte désormais davantage sur les changements parfois radicaux et souvent mal acceptés que provoquent leurs réformes. Et ce alors que les réseaux sociaux ont, ici comme dans les autres segments de la société, permis à la parole et aux oppositions de s’exprimer plus facilement au sein du corps enseignant.

Or les ministres passent, mais un fait demeure : la suspicion d’une partie de l’opinion contre un monde professoral partial, partisan (entendez trop “à gauche” – les profs de droite apprécieront). Un lieu commun qui semble trouver de l’écho jusqu’au sein de l’administration supérieure, où elle se traduit par des préventions contre la parole enseignante jugée trop libre, non plus parce qu’elle est susceptible de ternir l’image du monde éducatif, mais parce qu’elle compromet celle… du ministre et de ses réformes.

Ainsi, l’usage des libertés démocratiques par le corps enseignant continue, comme il y a 150 ans, à poser un problème à la rue de Grenelle. On pourra cependant regretter, ou pour le moins s’étonner, qu’à un même problème, le ministère veuille appliquer les mêmes méthodes : la censure et l’intimidation.



3 réflexions sur « Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.