Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

Le hashtag #MontreTaBibli a connu au mois de mai 2018 un succès certain sur Twitter. La communauté des historiens présents sur le réseau social à l’oiseau bleu s’est rapidement emparée de ce mot-dièse, pour échanger les images de ses rayonnages de livres, plus ou moins étoffés (en fonction le plus souvent de l’état d’avancée dans la carrière du propriétaire de la bibliothèque…), et plus ou moins méthodiquement rangés également.

Résultats de la recherche « MontreTaBibli » dans Google Images, 30 mai 2018.

Sans le savoir sûrement, ces historiens reprenaient en fait une pratique ancienne, déjà fort à la mode chez leurs devanciers du XIXe siècle. De Renan à Lavisse, de Taine à Michelet, montrer ses livres était déjà une habitude, en ces temps d’institutionnalisation du métier d’historien. « Les livres du savant, témoignages souvent de sa réussite professionnelle, sont en même temps les outils et les justifications de son travail », nous rappelle l’historien Frédéric Barbier[1]. La mise en scène sa propre lecture, de son propre travail intellectuel, est ainsi une pratique assez répandue chez les auteurs, pas seulement historiens, et pas seulement français, à l’époque contemporaine. Fritz Nies a recensé plusieurs dizaines de ces représentations d’auteurs en train de lire[2]. Certains se sont donc carrément fait portraiturer devant leurs rayonnages de livres. D’autres se sont contentés de poser avec quelques volumes, histoire de rappeler leur fonction sociale. Voyons donc à quoi ressemblaient les bibliothèques de nos prédécesseurs historiens du XIXe siècle, et ce que donnerait le fil #MontreTaBibli s’ils avaient pu y participer…

A tout seigneur tout honneur (et pardon d’avance à ceux qui ne le portent pas dans leur cœur), commençons par ce qui est peut-être la plus célèbre des bibliothèques de la liste, celle d’Adolphe Thiers, connu bien sûr pour sa longue carrière politique mais aussi pour son Histoire du Consulat et de l’Empire (1845-1862), qui devait largement contribuer au succès du genre historique au milieu du siècle. L’hôtel particulier où il vécut à partir de 1840 et écrivit son œuvre, situé place Saint-Georges à Paris, fut reconstruit après la Commune, qui en avait décidé la destruction le 10 mai 1871[3]. Une partie de sa bibliothèque avait alors été dispersée. Le nouveau bâtiment fut légué à l’Institut de France par la belle-sœur de l’historien en 1905. La bibliothèque qu’elle abrite toujours, spécialisée sur la période 1789-1914, s’est considérablement enrichie durant tout le XXe siècle, pour contenir aujourd’hui plus de 150 000 volumes. Elle n’a donc plus grand-chose à voir avec celle dans laquelle travaillait Adolphe Thiers, mais elle n’en représente pas moins un lieu de mémoire important.

Bibliothèque de la Fondation Dosne-Thiers, Paris (photo de l’auteur, septembre 2016)

De la bibliothèque de François Guizot (1787-1874), nous avons la possibilité de nous faire une idée précise, puisqu’elle est, elle aussi, encore aujourd’hui conservée dans sa quasi-intégralité au domaine du Val-Richer, dans le Pays d’Auge, où l’ancien ministre de Louis-Philippe passe une grande partie de se retraire politique après sa chute brutale du pouvoir en février 1848. Ses livres l’y rejoignent en 1859, lorsque son appartement parisien est abandonné, condamné qu’il était à la destruction par le percement du boulevard Malesherbes. Les vingt mille volumes de la collection gagnent la Normandie, où il ne faut pas moins d’une pièce au rez-de-chaussée de la propriété, d’une galerie au premier étage, et du cabinet de travail du maître pour la recevoir[4]. C’est dans cette bibliothèque que se déroule, en septembre 1874, le service funèbre de Guizot. Cette gravure du Monde illustré réalisée à cette occasion montre à l’arrière-plan une partie des rayonnages sur deux des quatre murs, couverts de grands volumes in-folio ou in-4°. Une petite partie de la collection est vendue en avril 1875 : moins de 4 000 ouvrages, comme nous l’apprend le catalogue de vente, dont la lecture donne une idée de la grande diversité des ouvrages entreposés au Val-Richer[5].

Le Monde illustré, 26 septembre 1874, p. 196 [consultable sur Gallica].

Une autre bibliothèque particulièrement impressionnante est celle de Prosper de Barante (1782-1866), l’auteur de l’Histoire des ducs de Bourgogne (1824-1826), une œuvre qui fit beaucoup pour la passion médiévaliste. Héritier d’une ancienne lignée de la noblesse vendéenne, Barante, préfet et diplomate, bénéficie des collections de livres amassées par ses ancêtres, qu’il complète lui-même au point qu’en 1923, on évalue l’ensemble du fonds à 60 000 volumes, répartis sur tout le rez-de-chaussée du château familial[6]. C’est moins une bibliothèque de travail qu’une collection bibliophilique unique, qui recèle de véritables trésors, des éditions originales et des livres rares des XVIe-XIXe siècles. Une partie de cette collection fit l’objet d’une vente publique à Clermont-Ferrand en mars 2017 ; la lecture du catalogue publié à cette occasion donne là encore une idée de sa richesse. On y trouve notamment une édition originale de l’Histoire générale et particulière de la Bourgogne d’Urbain Plancher, quatre volumes in-folio publiés de 1739 à 1781, que Barante utilisa pour son œuvre maîtresse[7].

Bibliothèque de la famille Barante.
Source :
catalogue de vente de la bibliothèque Barante, 25 mars 2017

Ces bibliothèques d’historiens constituent on le voit de véritables trésors, des cadres de travail idéaux, tant par l’importance des ressources qui s’y trouvent que par l’esthétique particulière que forme l’ensemble. Elles sont en même temps, par leur richesse, des lieux privilégiés de représentation. Certains aiment ainsi à se faire représenter devant elles. C’est le cas par exemple d’Hippolyte Taine (1828-1893), photographié à la fin de sa vie devant ses rayonnages, dont on constate qu’ils doivent supporter, faute de place, une double rangée de livres. Nous ne sommes pas ici devant une collection de bibliophile : la plupart des ouvrages on le voit son simplement brochés, c’est-à-dire qu’ils ne possèdent pas ces reliures en carton ou en cuir qui leur donnent ce cachet particulier (et permettent de mieux les conserver). On voit l’auteur des Origines de la France contemporaine confortablement installé dans un fauteuil en cuir, vêtu d’une veste d’intérieur.

Hippolyte Taine. Source : Getty images

Même pose décontractée pour Ernest Lavisse, devant l’objectif du photographe Dornac. L’historien de la Prusse et de la France se fait portraiturer chez lui, en tenue d’intérieur. Assis à une table de travail rabattable, il a à côté de lui un petit meuble-bibliothèque roulant, qui ne représente sûrement qu’une partie de sa collection de livres. Difficile d’identifier ceux qu’il a à portée de main, mais on peut constater néanmoins que l’un d’eux porte une étiquette sur le dos : peut-être un volume emprunté dans une bibliothèque – et jamais rendu ? Le photographe à qui l’on doit ce portrait inattendu du « pape de l’histoire » en pantoufles a joué un rôle certain dans la diffusion du portrait des historiens – et des intellectuels en général – dans leur intérieur, et notamment dans leur bibliothèque. Avec 400 clichés en trente ans (1887-1917), Dornac, de son vrai nom Paul Cardon (1858-1941) a donné à sa série Nos contemporains chez eux valeur d’exemplarité. Le « modèle Dornac » représente les producteurs de biens symboliques dans un cadre intime, bourgeois, et n’est pas pour rien dans le mouvement de médiatisation/sacralisation de la figure de l’auteur[8].

Ernest Lavisse. Source : Bnf/Gallica

Lavisse n’est d’ailleurs pas le seul historien à avoir posé devant son objectif – et devant ses livres. On doit aussi à Dornac des portraits d’historiens moins connus, comme Léonce Pingeaud (1841-1923), professeur d’histoire à la faculté des Lettres de Besançon, ou Albert Sorel (1842-1906), professeur d’histoire diplomatique à l’Ecole libre des sciences politiques et membre de l’Académie française. Mais il produisit surtout une série de photographies d’un autre historien fameux, Ernest Renan (1823-1892). L’auteur de la Vie de Jésus est représenté dans son cabinet, assis devant un bureau chargé de livres et de papiers (sans parler du chat…), comme s’il était surpris en plein travail. On peut compléter ces clichés en noir et blanc par un tableau conservé au musée installé dans la maison d’enfance de l’historien à Tréguier, où une pièce du premier étage reproduit le cadre de son bureau au Collège de France[9]. On se rend mieux compte, avec les couleurs, de ce qu’est cette belle bibliothèque de bois clair, couverte de livres bigarrés, dont l’agencement irrégulier et les couleurs contrastent avec l’attitude quelque peu austère de l’historien scientiste. Cette bibliothèque, mise en vente à sa mort, et aujourd’hui conservée dans le « Fonds Renan » de la BnF, n’atteint pas l’ampleur de celle de la famille Barante ou celle de Guizot, mais reste tout de même impressionnante : le catalogue de vente contient plus de 5500 numéros, correspondant pour la plupart d’entre eux à des ouvrages (certains renvoyant à des lots de brochures). Plus de la moitié concerne la « bibliothèque orientale et biblique » : près de 2 900 ouvrages, dont plus de 500 sur la civilisation hébraïque, 350 sur les origines du christianisme, mais aussi 240 sur la civilisation arabo-musulmane, une trentaine sur l’Asie centrale, près de 90 sur l’Extrême-Orient, etc[10].

Ernest Renan. Sources (de g. à dr. et de h. en b.) :
Le Monde illustré, 30 janvier 1892 [consultable sur Gallica] ; Revue encyclopédique, 1892 [consultable sur Gallica] ;  (c) MoMA ; Wikipédia (c) Musée Ernest-Renan, Tréguier

Cet Extrême-Orient intéressait également beaucoup l’orientaliste et sinologue Henri Cordier (1849-1925) qui bénéficie d’un portrait exécuté par Gustave Caillebotte. Peint de façon plus originale, de trois quarts de dos, pour inviter le spectateur à se pencher sur son épaule, le savant cache en partie le côté gauche de sa bibliothèque, qui mêle ouvrages brochés et reliures, anciennes et modernes.

Henri Cordier. Source : Musée d’Orsay
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay)/Hervé Lewandowski

Le romaniste Gustave Bloch (1848-1923), professeur à la Sorbonne (dont on ne présente plus le fils Marc), contribua à l’Histoire de France de Lavisse dont il fournit le volume sur les origines gauloises. Il se fait lui aussi photographier à son bureau de travail, devant ses livres, qui s’étoffent et l’accompagnent au fil des postes occupés durant sa carrière, à Faculté des lettres de Lyon de 1876 à 1888 puis à Paris, où il enseigne à l’École normale supérieure et à la Sorbonne, enfin à Marlotte, dans l’Eure, où il vit sa retraite à partir de 1919[11].

Gustave Bloch. Source : Geni [/!\ source non identifiée]

Sans poser devant leur bibliothèque, beaucoup d’historiens sont représentés entourés de livres – qui peuvent ou non leur appartenir. Jules Michelet, sur le fameux tableau de Thomas Couture, est ainsi représenté lui aussi à sa table de travail, mais sans rayonnage en arrière-plan, entouré seulement des lourds volumes servant à la rédaction de son Histoire de France[12]. Nous sommes au début des années 1840 (le tableau est achevé en février 1843). Michelet est alors en pleine écriture du volume VI de son épopée, consacré au XVe siècle et aux enjeux entourant la Maison de Bourgogne, et qui sera mis en vente au début de 1844[13]. Il est dommage qu’on ne voie pas les rayonnages de sa bibliothèque, car celle-ci était conséquente : à la mort de l’historien en 1874, « environ 3000 volumes d’ouvrages de sciences, de littérature et principalement d’histoire » issus de sa collection sont mis en vente, sans que l’on sache s’il s’agit ici de la totalité ou non de sa collection. La lecture du catalogue de vente donne une idée de la monumentalité de cette bibliothèque, où Michelet avait à sa disposition les 130 volumes de la Collection des documents inédits sur l’histoire de France (ce sont sûrement ceux-là dont on voit quelques exemplaires sur le tableau), une source essentielle à laquelle il faut ajouter notamment les 70 volumes des Mémoires sur la Révolution française de Berville, et les 31 des Mémoires relatifs à l’histoire de France de Michaud et Poujoulat. Les 56 volumes de la Biographie universelle ancienne et moderne de Louis-Gabriel Michaud (1811-1828, rééd. 1843) côtoient 45 volumes de la Revue des Deux-Mondes et 22 autres du Tour de France, ainsi que les 31 volumes de l’Histoire des Français de Sismondi (1821-1844). Hors du champ historique, l’auteur de L’Oiseau et de La Mer, de L’Insecte et de La Montagne, possédait deux volumineux dictionnaires d’histoire naturelle (32 volumes en tout). Ajoutons, au hasard, les 18 volumes des œuvres de Shakespeare traduites par François-Victor Hugo (avec une préface de son père Victor), ou encore, pour prendre la mesure de l’éclectisme de ses lectures, les neuf volumes du Ramayan et les trois du Maha Barata[14].

Jules Michelet
Source : Thomas Couture, Jules Michelet (1798-1874), historien, huile sur toile, s.d.
Musée national du château de Versailles © RMN-Grand Palais

Source : Thomas Couture, Jules Michelet (1798-1874), historien, huile sur toile, s.d. Musée national du château de Versailles © RMN-Grand Palais

Charles Seignobos (1854-1942) lui aussi est représenté en train de lire : Jules-Raymond Koenig (1872-1966) a peint ce portrait lors d’une de ses nombreuses visites à la maison bretonne du chef de file de l’école méthodique, dont il avait dessiné les plans. Sa bibliothèque lui servait sûrement de refuge. Goûtant peu en effet la compagnie de ses concitoyens, Seignobos, nous dit Antoine Prost, est un « gros travailleur », qui « se renferme chez lui et ne vit que pour la science »[15].

Charles Seignobos. Source : site consacré à Jules-Raymond Koenig

Sans que leur bibliothèque figure en arrière-plan de leur portrait, sans être forcément représentés en position de lecture, les historiens ne sont jamais très éloignés des livres quand ils se font peindre, photographier, ou même croquer par les caricaturistes.

Victor Duruy (1811-1894), auteur de manuels d’histoire pour les collèges et les lycées, historien de la Grèce, de Rome et de la France, a quelques livres sur sa table, lorsqu’il pose pour le photographe Bornemann à une époque indéterminée, sûrement antérieure à son ministère. Mis très certainement à sa disposition par le photographe dans son atelier, ces ouvrages ont peu de chances de provenir de sa riche bibliothèque, conservée dans sa maison de Villeneuve-Saint-Georges, et qui à sa mort contient environ 4 500 volumes. On y trouve surtout des ouvrages d’histoire de la seconde moitié du XIXe siècle, qui lui ont notamment servi à rédiger son Histoire des Romains et son Histoire des Grecs ; mais il possédait également ces monumentales collections de documents et chroniques de l’histoire de France que l’on trouvait déjà chez Michelet – et sûrement dans bien d’autres bibliothèques d’historiens et d’érudits de la période romantique si friande de sources authentiques[16].

Victor Duruy
Source : Site d’histoire de la Fondation Napoléon
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles)

Même présence subtile du livre pour Amédée Thierry (1797-1873). L’auteur de l’Histoire des Gaulois en 3 volumes (1828) qui contribua tant à l’institutionnalisation du passé gaulois de la France pose ici pour le peintre Léon-Jean Gérôme, en uniforme de l’Académie des Sciences morales et politiques dont il est élu membre en 1841. Difficile pour l’artiste de ne pas entourer l’érudit des attributs de l’activité qui lui valut cet honneur académique : ici encore plusieurs ouvrages figurent sur la table, aux côtés de cet autre instrument essentiel aux historiens de la première moitié du XIXe siècle qu’est la plume d’oie. Ces livres faisaient-ils partie de la collection personnelle de l’historien de la Gaule ? Il aurait pu en tout état de cause fièrement poser à côté de deux beaux livres offerts par Napoléon III lui-même : les six tomes des Commentaires de Napoléon Ier en demi-reliure, à « dos à nerfs orné au fer du « N » couronné et noté », et un exemplaire dédicacé de son Histoire de Jules César[17].

Amédée Thierry
Portrait par Jean-Léon Gérôme, huile sur toile, 1863. Musée des Beaux-Arts de Blois
Source : Ministère de la Culture, « Aux sources de l’archéologie nationale »

Caricaturé en 1873 par Lafosse dans le satirique Trombinoscope de Touchatout, Henri Martin (1810-1883) est lui aussi cerné de livres ; ou plutôt il est assis, dessus, référence évidente à la monumentalité de l’Histoire de France écrite par l’historien républicain : si un seul volume paraît de la première édition (1833), la deuxième en fait 15 (1834-1836), la troisième 19 (1838-1854), la quatrième 17 (1855-1860). Chiffres auxquels il faut ajouter les sept volumes de son Histoire de France populaire (1868-1885) et huit autres pour son Histoire de France depuis 1789 jusqu’à nos jours (1878-1882). Il est dommage que nous n’ayons pas d’images de sa bibliothèque, car elle était elle aussi particulièrement impressionnante : il ne fallut pas moins de cinq journées pour en assurer à la vente ; les quatre premières concernèrent les 828 numéros du catalogue, chaque numéro correspondant à un nombre variable d’ouvrages, ce qui rend difficile toute estimation. En revanche le quatrième et dernier jour, ce sont 5 000 volumes qui sont vendus. L’ensemble devait sûrement approcher les 10 000 volumes, parmi lesquels on trouve notamment l’Histoire de France de Michelet, et une grande partie des éditions de mémoires et chroniques sur lesquelles il s’est appuyé pour écrire son propre récit du passé national[18].

Henri Martin
Source :
Le Trombinoscope, 1873, p. 85.

Quelques années avant Henri Martin, en 1867, c’est François Guizot, déjà évoqué plus haut, qui avait fait l’objet du même genre de portrait-charge, par Pierre-Marie Beyle, dans Le Bouffon. Représenté dans une posture peu habituelle, il est assis sur un fauteuil, les jambes repliées contre son torse, est entouré de quelques éléments rappelant sa carrière politique (notamment l’association « Aide toi le ciel t’aidera »). A sa gauche, une pile de ses livres nous laisse voir certains titres : on reconnaît ainsi l’Histoire des origines du gouvernement représentatif publié en 1867, ou bien encore un volume de la trentaine que contient la monumentale Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, déjà citée, publiée de 1823 à 1835.

François Guizot
Source : Le Bouffon, 4 août 1867. © Musée Carnavalet
[Reproduction sur le site des Musées de la ville de Paris]

Des quelques volumes jetés sur une table aux poses de fière allure devant des rayonnages bien garnis, les historiens du XIXe siècle, romantiques ou méthodiques, libéraux ou scientistes, ont mis en scène leur lecture, leurs livres, leurs bibliothèques, ou y ont été associés. Ils n’ont certes pas été les seuls à recourir à pris dans cette stratégie d’identification socio-culturelle : les écrivains eux aussi ont beaucoup posé devant leur bibliothèque, comme les savants ont aimé se faire portraiturer dans leur laboratoire. Deux tableaux iconiques, celui de Zola par Manet, celui de Pasteur par Edelfelt, tous deux conservés au Musée d’Orsay, sont emblématiques de cette représentation devenue classique désormais des milieux intellectuels de la fin du XIXe siècle. Mettre en scène sa bibliothèque est une forme comme une autre de représentation et de médiatisation, à laquelle les réseaux sociaux de ce début de XXIe siècle offrent évidemment une caisse de résonnance démultipliée par rapport aux portraits de nos ancêtres. Si l’échelle a changé, l’utilité de la chose reste la même : « Montre ta bibli », je te dirai qui tu es !

 

[P.S. : Si bien sûr, cher.e.s lecteur.trice.s, vous connaissez d’autres représentations d’historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque, ce billet pourra s’enrichir de vos informations !]

 

 

[1] Frédéric Barbier, « Livres, lecteurs, lectures », dans Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Vol 3 : Les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle : 1789-1914, Paris, Electre, 2009 (1991), vol. 3, p. 765.

[2] Fritz Nies, Imagerie de la lecture. Exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident, Paris, PUF, 1995, p. 183. Voir également, sur la place du livre dans les représentations artistiques : Robert Bared, Le Livre dans la peinture, Paris, Citadelles & Mazenod, 2015, 247 p.

[3] Pierre Guiral, Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique, Paris, Fayard, 1986, p. 297-398.

[4] Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Librairie Académie Perrin, 1990, p. 403. Le cahier central de l’ouvrage présente plusieurs photographies de la bibliothèque. Pour d’autres représentations de Guizot, avec ou sans livres, voir le catalogue de l’exposition Guizot, un Parisien dans le Pays d’Auge, organisée au Musée d’Art et d’Histoire de Lisieux en 2006 (librement consultable en ligne).

[5] Voir également le billet de Frédéric Barbier, « Chez Guizot : une excursion sous la Monarchie de Juillet », Histoire du livre [en ligne], 2 février 2017, consulté le 2 juin 2018.

[6] Notice sur la bibliothèque : Jean-Paul Fontaine, « Bibliothèque de Barante », Histoire de la bibliophilie [en ligne], 25 février 2017, consulté le 2 juin 2018.

[7] Catalogue de vente de la Bibliothèque Barante, 25 mars 2017, n° 64.

[8] Pascal Durand, « De Nadar à Dornac », COnTEXTES [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 02 juin 2018.

[9] Anne-Marie De Brem, Tréguier et la maison d’Ernest Renan, Paris, Monum Éditions du patrimoine, 2004, p. 46.

[10] Catalogue de la bibliothèque de M. Ernest Renan, Paris, Calmann-Lévy, 1895, 495 p. [disponible sur Gallica] Pour d’autres portraits de Renan, voir la galerie proposée sur son site par la Société des études renaniennes.

[11] Carole Fink, Marc Bloch. Une vie au service de l’histoire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1997, p. 12-18.

[12] Voir Charlotte Denoël, « Michelet et l’histoire romantique », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 30 mai 2018.

[13] Paule Petitier, Jules Michelet. L’homme histoire, Paris, Bernard Grasset & Fasquelle, 2006, p. 182-193.

[14] Catalogue de livres composant la bibliothèque de feu M. J. Michelet, Paris, Veuves Renou, Maulde et Cock, 1874, 4 p.

[15] Antoine Prost, « Charles Seignobos revisité », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1994, 43, p. 103. [consultable en ligne]

[16] [Catalogue de vente des livres de la collection de Victor Duruy], Paris, Ch. Porquet, [1895]. Voir également Jean-Charles Geslot, Victor Duruy. Historien et ministre (1811-1894), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009, p. 130.

[17] Berlinghi & Lucien, commissaires-priseurs associés S.C.P., Le Second Empire (3e vente). Ancienne collection du Prince de Wagram. Ancienne collection du Sénateur Amédée Thierry, s.l.n.é., [1995], n.p.

[18] Catalogue de livres d’histoire, archéologie, belles lettres, voyages, beaux-arts, formant la bibliothèque de feu M. Henri Martin, Paris, A. Ferroud libraire, 1885, 72 p.


1 réflexion sur « Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.