L’histoire en pièces : Stéphane Bern, la Monnaie de Paris et le passé national

Il est partout. Stéphane Bern, le « Monsieur Secrets d’histoire » du service public et le « Monsieur Patrimoine » de la présidence Macron, confirme encore un peu plus, en cette fin de mois de mars,  son statut d’historien-médiatique-officiel-omniprésent-et-préféré-des-Français-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire, alors que la Monnaie de Paris lance une nouvelle collection intitulée « Pièce d’histoire ». 23 pièces sont prévues, dont douze ont été dévoilées le 26 mars. L’animateur a largement contribué à en opérer la sélection et la description, et à assurer la campagne de promotion de cette opération, à coups d’interviews dans les médias et d’annonces filmées. A quelles fins ?

A en croire les promoteurs de l’entreprise, l’ambition est double. Le premier objectif affiché est de contribuer au financement de la restauration du patrimoine, dans la lignée de la mission confiée à Stéphane Bern par Emmanuel Macron. Pour chaque pièce en argent achetée (l’une d’elles est en or), un euro sera reversé à la Mission Stéphane Bern et à la Fondation du Patrimoine. « Notre objectif », explique Marc Schwartz, président de la Monnaie de Paris, « c’est d’arriver à récolter un million d’euros pour la Mission »[1]. La belle affaire… Le Loto du patrimoine a déjà permis de récolter vingt fois plus : 22M€ lors de l’édition 2018, auxquels s’ajoutent 14 autres millions issus du produit des taxes sur les jeux du patrimoine et encore 5,5 millions générés par des dons[2]. A ces 40 millions déjà obtenus, Stéphane Bern espère ajouter 70 nouveaux lors de l’édition 2019[3]. Que représentera alors ce petit million d’euros face aux presque cent millions récoltés en deux ans ? C’est toujours ça de pris, dira-t-on, et on aura raison. Mais pour la vaste et généreuse opération qui permettra de sauver le patrimoine français en péril, la Monnaie de Paris repassera…

Le second objectif porte encore et toujours la marque de Stéphane Bern : promouvoir l’histoire de France (ou en tout cas une certaine forme d’histoire de France). « Je trouve que c’est un cadeau idéal pour intéresser les enfants à l’histoire », se réjouit l’animateur[4]. Le président de la Monnaie enchérit : « Cette collection exceptionnelle permettra à chaque Français et chaque Française d’avoir dans sa poche un petit bout de l’histoire de France », déclare-t-il[5]. Il s’agit donc, encore et toujours, de contribuer à l’éducation historique des Français et des Françaises, grand.es et petit.es, puisqu’ils n’en ont pas assez et qu’elle est mal faite. La justification est habituelle : c’est l’argument ultime de ceux qui défendent l’action « historienne » de Stéphane Bern face à ses détracteurs (“lui au moins il fait aimer et apprendre l’histoire à tout le monde, etc.”). Certains médias n’y ont d’ailleurs vu que du feu : « Stéphane Bern change les pièces de monnaie en livres d’histoire », titre ainsi le site ActuaLitté (qu’on a connu plus inspiré), en ajoutant qu’ « À défaut de faire du vin avec de l’eau, on peut au moins éduquer les foules avec de l’argent. Ou de l’or »[6]. C’est dire à quel point cette histoire-là passe désormais inaperçu. Comme si elle ne posait aucun problème. Et pourtant elle en pose, et de réels.

Quelle est-elle en effet, cette histoire qu’on nous raconte à travers cette nouvelle collection numismatique ? On ne connaît pas encore par le menu l’ensemble des 23 pièces qui seront mises sur le marché (pardon, en circulation), mais les douze premières donnent déjà une idée. La moitié de la collection évoque la France du Moyen Âge et de l’Ancien Régime – ce qui se justifie évidemment d’un point de vue purement arithmétique. On remonte ainsi au roi Dagobert ; on n’a pas mis sa culotte à l’avers, mais évidemment il s’agit de renvoyer à un personnage bien connu de la culture historique commune. Viennent ensuite Guillaume le Conquérant, le seul « Français » à avoir réussi à envahir l’Angleterre ; Philippe le Bel, les Templiers et les légendes qui les entourent, pour le côté « Moyen-Âge-sombre-mystérieux-et-plein-de-secrets » ; puis la Guerre de Cent Ans représentée par un Jean II « le Bon » chargeant à cheval. On notera au passage le choix courageux de faire figurer comme haut fait de l’histoire de France l’un des rares souverains qui, avec François Ier ou Napoléon III, fut fait prisonnier durant son règne, en l’occurrence à la bataille de Poitiers en 1356, et qui plus est par ces mêmes Anglais que Guillaume le Conquérant avait soumis trois siècles plus tôt. Au moins a-t-on échappé à Jeanne d’Arc (mais gageons qu’elle sera de la deuxième série). Le Roi-Soleil occupe deux pièces à lui tout seul (sans commentaire…), avec une monnaie d’argent représentant son buste, et une autre de 1665 le montrant en train de passer en revue ses mousquetaires – il s’agit sûrement là encore d’en appeler aux souvenirs d’une certaine histoire, pittoresque, celle de Dumas et du roman historique, d’autant plus que la pièce est appelée… D’Artagnan, référence à un personnage certes fameux de la littérature, mais qui ne fut qu’une figure historique de bien faible importance pour mériter une place dans cette galerie des illustres. En tout état de cause, un millénaire d’histoire de France se trouve ainsi réduit à cinq figures exclusivement royales, trônant ou chevauchantes, dans la splendeur de leur gloire monarchique. Une façon toujours aussi éculée de présenter l’histoire du pays.

Trois pièces évoquent la Révolution, mais en en donnant une image plus que réductrice : l’une célèbre la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 – c’est la reproduction colorisée d’une médaille commémorative frappée en 1986, dont on pourra sûrement dire qu’elle n’est pas la plus belle de l’ensemble (le personnage féminin est particulièrement peu gâté…) ; une deuxième médaille évoque la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 ; une dernière montre le profil de Louis XVI, « roi des Français », pour encore quelques mois, en 1791. On pourra certes se féliciter du fait qu’un quart de cette première douzaine évoque ce moment-clé de l’histoire de France. Et tout autant regretter que celui-ci soit réduit à sa première période, celle où le régime est toujours une monarchie (constitutionnelle, certes, mais quand même), en ignorant complètement la période républicaine commencée en septembre 1792. La collection passe donc allégrement par-dessus la Première République, pour arriver à l’incontournable Napoléon, dont le profil, perçant déjà sous Bonaparte, apparaît sur le premier Franc Germinal de 1803. Il faut noter l’intérêt historique de cette pièce, qui, avec le premier « franc » frappé par Jean « le Bon », marque une étape importante dans l’histoire de la monnaie en France.

Seules les deux dernières pièces datent de la période républicaine de l’histoire de France, en évacuant cependant, comme pour la Révolution, toute dimension politique et fondatrice, au profit d’une approche purement symbolique. On a ainsi reproduit une médaille de 1889 célébrant l’Exposition universelle et l’immanquable Tour Eiffel, dont nous fêtons justement les 130 ans en cette fin de mois de mars. Avec Versailles, cela fait deux « lieux de mémoire » emblématiques bien présents pour satisfaire une vision stéréotypée du patrimoine français – du reste, quitte à choisir l’année 1889, on aurait aussi pu sélectionner cet autre symbole de la culture française rayonnante qu’est le Moulin-Rouge, créé la même année, cela aurait été moins attendu…. La dernière pièce est le reproduction de la nouvelle pièce de 10F frappée au milieu des années 1970, et représentant simplement une dessin stylisé du territoire français, hexagonal comme il se doit, espèce d’aboutissement de ces siècles d’histoire (monarchique, donc, essentiellement, puisque ce sont les rois qui ont fait la France, comme le veut la bonne vieille rhétorique des historiens royalistes depuis le XIXe siècle).

Résumons-nous : le patrimoine ne gagnera pas grand-chose à cette entreprise, et la culture historique des Français.es encore moins. Sur 12 pièces, seules deux datent de la période républicaine, et pas moins de huit représentent des souverains, en n’ignorant aucune des quatre dynasties qui, des Mérovingiens aux Bonaparte, ont régné sur la France, mais en n’évoquant que deux républiques sur cinq. Inutile d’aller plus loin dans la démonstration : c’est donc encore et toujours la même vision surannée de l’histoire nationale qui est mise en avant, une histoire presque exclusivement monarchique et uniquement « par le haut », un roman national fait de princes et de batailles. On n’y trouve aucun événement populaire, et, mis à part la Déclaration des droits de l’homme, aucun événement politique véritablement fondateur de notre monde contemporain. On ne nous fera pas croire que, parmi les 80 000 pièces que conserve la Monnaie de Paris, aucune ne permet de renvoyer à ces réalités-là, bien plus importantes, pour nos concitoyens et notre modèle républicain, que la fin pathétique des Templiers, les humiliations de Jean II « le Bon » ou la fine lame de D’Artagnan. Ce trésor numismatique national, à en croire Stéphane Bern lui-même, « est à la fois un patrimoine historique, culturel mais également humain, de nature à nous réunir, à nous rassembler autour de valeurs communes »[5]. Quelles « valeurs communes » censées « nous réunir », « nous rassembler », se cachent donc derrière la figure de Dagobert, qui régna une petite décennie sur les Francs il y a quatorze siècles ? Derrière celle de Guillaume le Conquérant, dont la destinée fut, in fine, plus britannique que française ? Ou encore derrière celle Louis XIV passant en revue des mousquetaires ? A creuser…

On ne s’étonnera certes pas que le présentateur vedette de Secrets d’histoire fasse en numismatique ce qu’il fait déjà à la télévision. On pourra cependant s’interroger sur le fait qu’un établissement public comme la Monnaie de Paris cautionne un discours maintes fois dénoncé. Universitaires, politiques, journalistes, ont en effet, depuis plusieurs années déjà, alerté sur le fait que cette histoire-là est loin d’être neutre et irréprochable[7]. Autant dire que personne ne peut ignorer le problème. Pourtant, de la même façon que France Télévisions continue à faire la part belle à cette histoire-là, la Monnaie de Paris n’hésite pas à mobiliser pour elle des éléments du patrimoine national, et ce alors que sa Charte des valeurs précise qu’elle « s’attache à remplir l’ensemble de ses missions, en particulier de service public, en fournissant des produits et des résultats qui répondent aux attentes de l’État ». On nous permettra de douter que mettre en avant le passé exclusivement monarchique et guerrier de la France, en illustrant notamment même les pièces républicaines par une iconographie renvoyant à l’imaginaire monarchique, soit tout à fait conforme aux « missions […] de service public » et aux « attentes de l’État ».

Onze pièces doivent être encore dévoilées pour compléter la collection : espérons que leurs minutieuses recherches auront permis à Stéphane Bern et à ses collaborateurs de tomber sur des monnaies en peu plus en phase avec ce que devrait être, en ce début de XXIe siècle, l’histoire nationale proposée aux citoyennes et aux citoyens de la Cinquième République française. A suivre…

[1] Christophe Levent, « 12 pièces en euros sur l’histoire de France conçues avec Bern seront mises en vente ce lundi », Le Parisien, 24 mars 2019

[2] « Loto du patrimoine : 19,6 millions d’euros attribués à 231 projets », Le Monde, 16 janvier 2019

[3] « Loto du patrimoine, seconde édition : Stéphane Bern espère récolter 70 millions d’euros », LCI, 10 mars 2019

[4] « Des pièces de monnaie de collection pour financer le patrimoine de France », Culturebox, 25 mars 2019

[5] Sophie Aurenche, « Mission Stéphane Bern : 12 nouvelles pièces de monnaie pour sauver le patrimoine », RTL, 25 mars 2019

[6] Maxime Simonienko, « Stéphane Bern change les pièces de monnaie en livres d’histoire », ActuaLitté. Les univers du livre, 26 mars 2019

[7] Voir notamment : Blaise Magnin, « “Secrets d’histoire”, le magazine royaliste de France 2 ? », Acrimed, 21 juillet 2014 ;  Cyril Camu, « “Secrets d’Histoire” de Stéphane Bern est-elle une émission de propagande monarchiste ? », Les Inrockuptibles, 29 mai 2015 ; Pierre Piot, « De Bern à Ferrand, l’histoire malmenée », Déjà vu, 9 janvier 2018. Voir également l’ouvrage de William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin, Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, éditions inculte, 2013, 253 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.