Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (1) Présentation et résultats généraux

Cette enquête a été menée dans le courant de l’année 2018 auprès des étudiantes et des étudiants des trois années de Licence d’Histoire de l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), Licence organisée par l’équipe du Département d’Histoire sur le site de Guyancourt.

Elle se présente sous la forme d’un questionnaire en ligne sous GoogleForm, comportant 10 questions.

Elle a été lancée par voie de mailing collectif sur adresses universitaires (et non personnelles) et a fait l’objet de deux relances. Les réponses se sont échelonnées du 14 mars au 8 décembre 2018.

133 personnes ont répondu au questionnaire. 50,4% sont des femmes (66 individus), 46,6% des hommes (61 individus). 4 individus ont préféré ne pas indiquer de genre, comme le questionnaire leur en laissait la possibilité.

Afin de préserver la cohérence générationnelle, les réponses de quatre étudiant.es plus âgé.es que les autres (auditeurs libres ou en reprise d’études nés dans les années 1950) n’ont pas toujours été prises en compte, notamment dans la partie de l’enquête concernant les pratiques passées et actuelles liées au goût pour l’histoire. Le corpus des réponses conservées concernera donc, pour cette partie-là, 129 individus, dont les années de naissance s’échelonnent entre 1992 et 2000, et surtout, de façon plus précise, entre 1995 et 2000, selon la répartition annuelle suivante :

Année Nombre de répondant.es
1992 2
1993 3
1994 6
1995 11
1996 12
1997 29
1998 11
1999 24
2000 22

50% des individus ayant répondu étaient principalement inscrits (c’est-à-dire en excluant les inscriptions multiples liées à des dettes d’UE d’années précédentes) en L1 au moment de remplir le questionnaire. 21% étaient en L2, 29,2% en L3. Quatre promotions sont donc concernées par les réponses aux questions.

La Licence d’Histoire comptait 281 inscrit.es en 2017-2018, auxquels se sont ajoutés 124 étudiants de L1 en 2018-2019. L’ensemble des étudiant.es susceptibles de répondre représentait donc environ 300 personnes, le nombre de réponses est donc décevant, inférieur de plus de moitié à ce nombre.

Un intérêt ancien et solidement ancré pour l’histoire

A la question de savoir quelle est l’importance de leur intérêt pour l’histoire (Question 1/10, voir graphique n° 1), 56 étudiant.es se disent « passionné.es » (42%), et 77 « intéressé.es » (58%). La proportion est la même quelle que soit le genre. Le témoignage oral d’une étudiante de L1 laisse à penser que certain.es ont renoncé à répondre à cette question et au reste du questionnaire car se sentant « peu ou pas intéressés » par l’histoire. Mais il ne doit s’agir que d’une petite minorité d’étudiant.es.

Graphique n° 1

Cet intérêt ou cette passion sont anciens : pour plus de la moitié du groupe (51,2%) elle date de la période de l’enfance (Question 2/10, voir graphique n° 2). Elle remonte au collège pour 28%, au lycée pour un peu de 20%. Elle n’est toute récente (« âge adulte ») que pour 2%. L’intérêt semble plus précoce chez les hommes : pour 85% d’entre eux, il date de l’école primaire ou du collège (55% pour la seule école primaire), contre 74% pour les femmes (49% pour l’école primaire). Il est également plus précoce chez ceux qui se déclarent aujourd’hui passionnés et non pas seulement intéressés : pour les deux tiers d’entre eux, cette passion remonte à l’enfance.

Graphique n° 2

Ces éléments qui montrent que les étudiant.es en Histoire ont fait la plupart du temps le choix positif de la discipline, sont corroborés par les renseignements fournis par ces mêmes étudiant.es lors des entretiens individuels systématiques de début de L1 : à la question de savoir pourquoi elles et ils ont choisi l’histoire, revient très souvent l’idée que c’est par intérêt et/ou par passion.

L’ensemble des réponses données montre par ailleurs que ce goût pour l’histoire est en général relativement éclectique, comme le montrera la suite de l’enquête. Certains résultats sont attendus. L’appétence majoritaire des étudiantes et des étudiants pour l’histoire contemporaine (qui concerne près de neuf étudiants sur dix) peut s’expliquer par la domination de cette période tant dans les programmes scolaires que dans la production culturelle qui, on le verra, inspirent largement les goûts des étudiants, à commencer par la fiction historique. Les films et les séries mettant en scène des conflits ne sont ainsi pas pour rien dans la préférence massive des étudiants pour les deux guerres mondiales, et notamment la seconde. La proximité géographique des étudiant.es de la Licence d’Histoire de l’UVSQ (massivement domicilié.es dans les Yvelines) avec le château de Versailles semble aussi créer chez elles, plus que chez eux – car on trouve là un déterminisme genré assez marqué – un goût certain pour les fastes de la royauté française du Grand Siècle. Mythologies païennes, guerres épiques et pyramides égyptiennes occupent, comme on pouvait également s’y attendre au vu des imaginaires persistants associés à ces éléments de l’histoire, une place non-négligeable dans le goût des étudiant.es. De façon peut-être inattendue en revanche, à une époque où l’atmosphère médiévalisante d’une série à succès comme Game of thrones contribue, auprès de générations de fans, à entretenir ce « goût du Moyen Âge » (Christian Amalvi) qui marque les imaginaires contemporains, l’époque médiévale est celle qui attire le moins les étudiantes et les étudiants. Ce alors que l’Amérique précolombienne et la civilisation japonaise exercent une certaine fascination, mais par des voies différentes, bien plus académiques pour la première que pour la seconde.

Les étudiantes et les étudiants arrivent ainsi à l’Université, vers 18-20 ans, avec une culture historique souvent ancienne et déjà solidement constituée, à coup de littérature de jeunesse et de films de guerre, de visites patrimoniales et de manuels scolaires, de documentaires et de jeux vidéo. Ces étudiantes et ces étudiants découvrent alors de nouvelles thématiques et de nouvelles façons d’aborder l’histoire. Ces enseignements ne seront pas pour rien dans l’évolution de leurs préférences, dans des proportions qu’il reste cependant à déterminer. Ce sera l’objet des prochains billets.

 

Lectures complémentaires :

Billet n° 2 : Les quatre périodes canoniques de l’histoire

Billet n° 3 : Par delà les grandes périodes, aires non-occidentales et approches thématiques



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.