Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (2) Les quatre périodes canoniques

Deux questions posées dans l’enquête sur le goût pour leur discipline des étudiantes et étudiants de la Licence d’Histoire de l’UVSQ (voir le billet de présentation de cette enquête) leur permettaient d’indiquer leurs préférences en termes de périodes.
Une première les invitait à dire si une sélection de sous-périodes prédéfinies aux sein du découpage canonique les intéressaient ou non (voir les graphiques n° 1 à 5).
Une seconde leur proposait d’indiquer des sujets plus précis sous forme de réponse libre, sans limitation du nombre de réponses possibles. Des exemples étaient suggérés, qui ont pu le cas échéant biaiser les résultats.
131 étudiant.es ont répondu à la première réponse, et seulement 96 à la seconde. 255 éléments ont été donnés, certains se répétant bien sûr d’un.e étudiant.e à l’autre et permettant de voir les sujets les plus populaires (voir le graphique n° 6), d’autres reprenant les catégories de la première question (ces éléments de réponse n’ont donc pas été pris en compte).
Je me borne dans ce billet à livrer le résultat de ces deux questions. Je proposerai dans un billet ultérieur des éléments d’explication sur les préférences des étudiant.es pour tel ou tel thème ou telle ou telle période, à partir de questions sur les origines de leur goût pour l’histoire.

Un grand éclectisme

Les réponses à ces questions montrent que les étudiant.es sont majoritairement éclectiques dans leurs goûts. 21 d’entre eux seulement déclarent préférer une seule des quatre périodes (16%). Quasiment un quart indique aimer les quatre périodes. Ceux qui aiment deux ou trois d’entre elles se répartissent de manière à peu près égales dans les deux tiers restants.
On note cependant une tendance progressive, bien que limitée, à la spécialisation : celles et ceux qui ne déclarent aimer qu’une seule période représentent en effet 11 ou 12% en L1 et L2, mais 26% en L3. Malgré tout, ce n’est qu’un quart des étudiant.es qui, en dernière année de licence, ont une préférence marquée pour une seule des quatre périodes canoniques.
Ainsi que l’indique le graphique n° 1 ci-dessous, leur préférence va, dans l’ordre décroissant, vers la contemporaine, la moderne, l’ancienne et enfin la médiévale. A part en histoire ancienne, et dans une moindre mesure en histoire moderne, les proportions sont à peu près équivalentes entre les étudiantes et les étudiants.

Graphique n° 1 : préférence des étudiantes et étudiants pour les quatre grandes périodes canoniques.

L’histoire contemporaine : le succès attendu des deux guerres mondiales

L’histoire contemporaine est celle qui attire le plus d’étudiant.es : 86% affirment avoir un intérêt pour cette période, avec une proportion à peu près équivalente chez les hommes et chez les femmes. Au sein de cette période, c’est la Seconde Guerre mondiale qui intéresse le plus (graphique n° 2). Il semble cependant s’agir d’une passion liée à la culture historique héritée de la période de la jeunesse (films, jeux vidéo…), qui s’émousse largement au fil de la Licence, au profit d’autres périodes, puisque si les deux tiers des L1 déclarent l’apprécier, ils sont moins de deux sur cinq en L3. La Première Guerre mondiale connaît la même évolution : plus de la moitié des L1 s’y intéressent, mais seulement un tiers des L3. Après les deux guerres mondiales, les autres périodes de l’histoire contemporaine attirent dans des proportions sensiblement équivalentes, soit un peu plus d’un tiers des étudiant.es, avec des préférences marquées chez les femmes (plus attirées par le XIXe siècle) et les hommes (plus intéressés à l’après 1945).

Graphique n° 2 : les préférences des étudiant.es au sein de l’histoire contemporaine

Parmi les réponses qui reviennent le plus souvent lorsqu’on demande aux trois promotions quels sujets particuliers les intéressent, ce sont évidemment celles qui concernent la Seconde Guerre mondiale, prise au sens large, qui sont les plus nombreuses. La Résistance et/ou Vichy sont cités par cinq étudiantes (et aucun étudiant), la Shoah par deux étudiantes et un étudiant. Les totalitarismes sont citées trois fois, Hitler deux, le Débarquement de Normandie une. Une étudiante cite également le cas de Desmond Ross et de la 77e division d’infanterie des États-Unis – cette même étudiante affirmant avoir été marquée par le film Tu ne tueras point consacré à ce soldat qui marqua l’histoire des objecteurs de conscience.

La période postérieure à 1945, et notamment les relations internationales, sont également souvent citées : la Guerre froide l’est ainsi six fois en tout. La « guerre de Yougoslavie » et « le passage d’un monde unipolaire à multipolaire » sont cités une fois. C’est à n’en pas douter un héritage de l’enseignement secondaire, qui y consacre une partie importante du programme d’Histoire, notamment en Terminale (ce thème n’étant plus abordé que sous la forme d’option en troisième année de Licence).

On note également une appétence, bien que limitée, pour l’histoire des mouvements révolutionnaires et ouvriers. Deux étudiant.es évoquent « les révolutions » et/ou « les insurrections », deux « la Commune », une « l’histoire du socialisme en Europe », un autre « la révolution rouge et l’expansion des idées marxistes ».

Le reste des réponses ne montre pas d’orientations particulières, car elles sont très dispersées. On trouve ainsi, pêle-mêle, des références, à chaque fois uniques, à « la famille Kennedy », « Charles de Gaulle », « mai 68 », « l’histoire du Moyen Orient », les « Années folles » ou encore « la conquête spatiale ».

Pour le XIXe siècle non plus, aucun thème particulier ne se dégage : on ne trouve (à part la Commune déjà évoquée, et citée deux fois) qu’une seule occurrence là encore des réponses données par les étudiant.es, qui peuvent être très générales (« la vie politique », « la Révolution industrielle », « l’Angleterre victorienne », « la vie ouvrière »…) ou liées à des moments précis (« la guerre franco-prussienne », « la Belle Époque ») ou à des thèmes spécifiques, souvent abordés dans le cadre des enseignements (« le journalisme au XIXe siècle », « virilité et homosexualité au XIXe siècle », « le contre-espionnage au XIXe siècle »).

L’histoire moderne : les fastes de Versailles à l’honneur

La deuxième période préférée des étudiant.es est l’histoire moderne : les trois quarts d’entre eux, 73%, déclarent l’apprécier (voir graphique n° 3 ci-dessous), cette proportion étant légèrement plus forte chez les étudiantes (75%) que chez les étudiants (69%). C’est la période de l’Ancien Régime (XVIIe-XVIIIe siècles) qui attire le plus, devant la Renaissance. Comme la Seconde Guerre mondiale, la Révolution et l’Empire sont des passions de jeunesse que le passage par l’Université ne vient pas confirmer (peut-être aussi parce que la Licence ne propose aucun cours spécifique sur ces deux périodes) : deux étudiants sur cinq déclarent les apprécier en L1, et cette proportion augmente en L2, mais elle baisse ensuite drastiquement en L3 (à 27% pour la Révolution et 19% pour l’Empire). On notera également la forte différenciation sexuelle de ces périodes : les étudiantes préfèrent largement l’Ancien Régime et la Révolution, tandis que les étudiants sont davantage intéressés par la période napoléonienne.

Graphique n° 3 : les préférences des étudiant.es au sein de l’histoire moderne.

L’intérêt pour la période moderne est très clairement déterminé par une image précise à laquelle les étudiant.es l’associent en grande partie : la cour de Versailles. La « vie à Versailles » est le fait historique le plus cité dans toutes les réponses au questionnaire : elle l’est pas moins de douze fois étudiant.es (c’était une réponse donnée en exemple), et Louis XIV est lui cité quatre fois (contre deux fois pour Louis XVI, une fois pour Henri IV et Louis XIII). Cela est à n’en pas douter lié à la proximité du château de Versailles, régulièrement cité comme élément déterminant de la passion pour l’histoire (voir le billet sur les origines de la culture historique des étudiants). Il existe d’ailleurs un tropisme monarchique chez certain.es étudiant.es, qui citent également spontanément « les rois et reines de France » (deux fois), « la royauté française » ou « la vie sous la royauté française » (une fois chacune), mais aussi « les familles royales, notamment celle d’Angleterre », voire « la contre-Révolution » (une fois également). Ce tropisme est d’ailleurs très féminin, puisque 17 de ces 26 réponses sont données par étudiantes.
Le XVIIIe siècle est une autre période bien identifiée dans les réponses : on trouve deux fois « le siècle des Lumières » ainsi que « Louis XVI » et « l’indépendance américaine », une fois « la Guerre de Sept Ans » et « la vie au XVIIIe siècle ».
Le XVIe siècle est un peu moins présent, avec deux références à la « Renaissance », une aux « Guerres de religion ». Séries télévisées oblige, on trouve dans les références une référence aux « Borgia », une autre aux « Tudor ».
D’un point de vue thématique, « la vie des campagnes » et « la vie des pauvres » sont citées une fois chacune, tout comme « l’éducation féminine ».

L’histoire ancienne : dieux, pharaons et guerriers

L’histoire ancienne se place en troisième position des périodes préférées des étudiant.es. Elle en attire trois sur cinq, avec là encore une forte différence entre les genres (voir graphique n° 4 ci-dessous) : les trois quarts des étudiants l’apprécient (ce qui la place en deuxième position derrière la contemporaine pour les hommes), mais seulement la moitié des étudiantes. Cette différence se retrouve lorsqu’on observe le goût pour les différentes époques de l’Antiquité : les étudiantes ne semblent vraiment apprécier que l’Antiquité grecque et dans une moindre mesure l’Egypte ancienne, période qu’elles préfèrent cependant légèrement plus que leurs camarades masculins. En revanche elles sont moins d’une sur dix à dire apprécier l’Antiquité romaine, qui est la période antique préférée des étudiants. Avec trente points de différence entre hommes et femmes, l’époque romaine est la période historique où se manifeste le plus grand différentiel entre les deux sexes.

Graphique n° 4 : préférences des étudiant.es dans la période antique

L’étude des sujets cités spontanément par les étudiants montre la persistance d’une vision d’un intérêt pour l’histoire ancienne basé sur des imaginaires de jeunesse, peuplés de dieux et de déesses, de pyramides et de pharaons, de batailles et de guerriers.
Six étudiant.es évoquent ainsi les mythologies antiques/égyptienne/grecque/romaine. Les « pyramides d’Égypte » sont évoquées cinq fois (mais il s’agissait d’une des réponses données en exemple dans le questionnaire, ce qui a pu biaiser le résultat), les « pharaons » ou « rois » d’Égypte trois fois. Trois réponses également renvoient aux guerres et aux batailles (en général). Dans le même ordre d’idées, l’influence du film 300 aura sûrement inspiré les deux étudiantes et l’étudiant répondant Sparte (une occurrence) ou la Perse (deux occurrences).
La « vie durant l’Antiquité » (deux réponses) intéresse également beaucoup, qu’il s’agisse des « femmes dans l’Antiquité », des « traditions égyptiennes », du « sport dans le monde grec », ou de la « vie politique et sociale dans la Rome antique » (réponses uniques à chaque fois). Certains moments particuliers de l’histoire ancienne sont également cités : Alexandre et l’Empire de Macédoine d’une part, la fin de la République romaine d’autre part, sont les seuls à l’être deux fois, les autres ne sont évoqués que par un étudiant ou une étudiante, qu’il s’agisse des Diadoques, des premiers empereurs romains, ou de la chute de l’Empire. On notera également qu’une étudiante s’intéresse aux Celtes, et un autre aux Gaulois ; et que 18% des étudiant.es se disent intéressé.es par la Préhistoire (une étudiante seulement cite spontanément « les hommes préhistoriques » parmi les sujets qui l’intéressent).

L’histoire du Moyen Âge : Jeanne d’Arc et les Vikings

La période médiévale intéresse deux étudiantes et deux étudiants sur cinq. C’est la période qui suscite le moins d’adhésion. Peut-être en raison d’une maîtrise imparfaite des découpages internes et nuances entre différentes périodes du millénaire médiéval, les étudiants sont relativement peu nombreux à indiquer une préférence pour le « Haut Moyen Âge » ou le « Moyen Âge classique », alors qu’ils sont un tiers à aimer « le Moyen Âge en général ».

Graphique n° 5 : préférences des étudiant.es au sein de la période médiévale

De quel Moyen Âge s’agit-il ? Parmi les sujets se rapportant à cette période, Jeanne d’Arc est citée neuf fois : c’est le personnage historique le plus populaire, toutes périodes confondues. Certes, c’était une réponse donnée en exemple par le questionnaire pour guider les étudiant.es. Mais ce choix semble davantage lié à la (re)découverte de ce personnage par l’enseignement universitaire lui-même, dans la mesure où aucun étudiant de L1 n’y fait référence.
Les guerres médiévales sont un thème évoqué huit fois, avec une préférence marquée pour la Guerre de Cent-Ans (quatre citations) et les Croisades (trois fois). Les Vikings sont également plutôt populaires, évoqués à parité par trois étudiantes et trois étudiants. Notons que l’islam médiéval attire également deux étudiant.es.
Les autres éléments cités ne le sont qu’une fois. Ils relèvent soit de moments particuliers (« la vie de Clovis », « la chute des Templiers »), soit d’éléments civilisationnels (« art et musique », « la religion », « la vie durant le Moyen Âge »), soit encore d’espaces particuliers (« la civilisation byzantine », « l’histoire médiévale anglaise »).
Les éléments du Moyen Âge pittoresque sont assez peu présents : ni tournois ni châteaux-forts dans les réponses, tandis que « les ordres de chevalerie » et « la féodalité » ne sont cités qu’une fois chacun.

Graphique n° 6 : thèmes et périodes historiques les plus cités par les étudiant.es dans leurs réponses spontanées sur leurs goûts en matière d’histoire (ne sont indiquées ici que les réponses apparaissant au moins deux fois).

Voici pour ces éléments quant aux préférences des étudiant.es pour les quatre périodes canoniques. Dans le prochain billet, j’indiquerai des éléments d’analyse sur les sujets de l’histoire non-occidentale, ainsi que les thématiques trans-périodes qui ressortent principalement de leurs réponses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.