Tous les articles par Jean-Charles Geslot

La France contemporaine… en plans de métro !

Imaginez que l’histoire de France puisse être schématisée sous la forme de plans de métro, où chaque ligne correspondrait à un domaine spécifique d’évolution, et chaque station à un événement, un acteur ou une actrice d’importance, une notion, un chrononyme (nom d’époque)… Succession, croisements, évolutions parallèles, mise en relation des évolutions : l’exercice s’apparente aux schémas et autres « cartes mentales », et permet de mieux comprendre un système d’informations, ici historiques.

Voici ce que ça pourrait donner, pour le XIXe et le XXe siècles. Ces deux documents ont été générés sur PowerPoint. Ils sont librement téléchargeables, utilisables… et imitables, pour d’autres périodes et thématiques !

Catalogue des publications historiques éditées à Marseille entre 1800 et 1870

Ce catalogue recense, de la façon la plus exhaustive possible, la liste de tous les ouvrages publiés à Marseille entre 1800 et 1870, et consacrés à une thématique historique, qu’il s’agisse de monographies érudites, de notices biographiques ou nécrologiques, de pièces de théâtre, d’essais et de réflexions sur les événements du passé, etc. Continuer la lecture de Catalogue des publications historiques éditées à Marseille entre 1800 et 1870

Le Royaume-Uni par les cartes, de Napoléon à la Grande Guerre : regards français sur une puissance voisine

La Bibliothèque nationale de France conserve une importante collection cartographique, parmi lesquelles un certain nombre de cartes du Royaume-Uni produites au XIXe siècle valent le détour. Elles témoignent autant des progrès des techniques cartographiques que de l’extension des thématiques abordées, et d’une certaine représentation de ce qu’est alors le pays de Shakespeare, de Cromwell et de Victoria, qui connaît à cette époque une forme d’apogée.

Continuer la lecture de Le Royaume-Uni par les cartes, de Napoléon à la Grande Guerre : regards français sur une puissance voisine

L’illustration dans les livres de science au XIXe siècle : ‘Le Monde avant la création de l’homme’ par Camille Flammarion (1886)

La Préhistoire est un objet d’étude qui apparaît véritablement au XIXe siècle : le terme dinosaure est forgé par un Anglais, Richard Owen (1804-1892), en 1842, et c’est à peu près à la même époque, dans les années 1840, qu’en France Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) interprétait, contre l’avis des milieux savants, les matériels découverts dans le Nord de la France comme des restes d’objets très anciens et d’ossements d’espèces disparues.

La paléontologie est donc une science relativement jeune lorsque paraît, en 1886, Le Monde avant la création de l’homme. L’auteur en est un vulgarisateur scientifique qui n’en est pas à son coup d’essai : Camille Flammarion (1842-1925) est également l’auteur, notamment, d’une Astronomie populaire à grand succès. Son nouvel ouvrage n’est cependant pas tout à fait original : il est en fait une version améliorée d’un livre dû au savant et vulgarisateur allemand Carl Gottfried Wilhelm Vollmer (1797-1864), Die Wunder der Urwelt, littéralement « Les Merveilles du monde primitif », publié à Berlin sous le pseudonyme de W. F. A. Zimmermann en 1855.

Continuer la lecture de L’illustration dans les livres de science au XIXe siècle : ‘Le Monde avant la création de l’homme’ par Camille Flammarion (1886)

Les représentations du travail dans l’art européen, des Lumières à l’entre-deux-guerres

La nouvelle question d’histoire contemporaine au programme des concours d’enseignement porte sur le travail en Europe de 1830 à 1930. L’une des dimensions qu’il s’agit d’aborder concerne les représentations du travail, des travailleurs et des travailleuses. Cette page regroupe 100 œuvres artistiques ou para-artistiques dues à des artistes des différents pays concernés. Elle a pour but d’aider celles et ceux qui préparent cette question (enseignant.es ou candidat.es) à retrouver ces œuvres d’art pour illustrer leurs cours, préparer des commentaires de documents ou se familiariser avec les imaginaires nés des évolutions du monde du travail.

Continuer la lecture de Les représentations du travail dans l’art européen, des Lumières à l’entre-deux-guerres

L’histoire face au roman national

Temps de lecture : pas trop long

A propos de : David Gaussen, Qui a écrit le roman national ?, Marseille, Éditions Gaussen, 2020, 253 p.

Je précise pour dissiper toute ambiguïté que je connais l’auteur de l’ouvrage en question, que j’ai déjà rencontré plusieurs fois et avec qui j’entretiens des relations cordiales. Nous travaillons sur les mêmes thématiques (une approche socio-culturelle de l’histoire comme discipline au XIXe siècle). Il m’a courtoisement offert un exemplaire de son livre lors d’un récent séjour de recherches que j’ai effectué à Marseille, où il est installé.

On a beaucoup glosé sur le roman national. Objet de polémiques, de récupérations, mantra de notre débat contemporain, il a suscité ces dernières années autant d’anathèmes définitifs que d’invocations béates. Chacun s’accorde plus ou moins sur une définition (une vision idéalisée du passé national à des fins d’exaltation patriotique) et un contexte de cristallisation, sinon de naissance (le temps de l’école de la IIIe République), mais tout cela reste assez vague. Ce flou artistique témoigne d’une réalité : jusque-là la question du roman national n’avait jamais fait l’objet d’une étude complète et synthétique sur ses origines, son évolution et les réactions qu’il suscite. Le principal intérêt de l’ouvrage dont il est ici question est donc de placer ce fait-là dans l’alambic de l’historien, et de revenir sur un certain nombre d’idées reçues. C’est la raison pour laquelle il doit être lu par toutes celles et tous ceux qu’intéressent l’histoire, l’histoire de France, la façon de l’écrire, et les implications de cette écriture dans la société.

Continuer la lecture de L’histoire face au roman national

La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle

Marseille et ses environs sont aujourd’hui au cœur de l’actualité médicale : alors qu’un premier groupe de Français de Wuhan a déjà passé ses premiers jours dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, un deuxième avion a atterri à Istres pour permettre à d’autres rapatriés d’être pris en charge aux Milles, près d’Aix-en-Provence ; parallèlement, un début d’épidémie de pneumocoque se déclarait, fin janvier, sur un chantier naval du port entraînant rapidement une vaste campagne de vaccination. Ces nouvelles ont soulevé des inquiétudes, certains habitants redoutant la proximité de personnes potentiellement porteuses du virus.

Louis Carvin, Le Choléra, 1884. Carte du choléra en Europe, 1884 (c) BnF-Gallica

Du point de vue historique, cette irruption de la maladie dans les préoccupations des habitants de la Provence pourrait raviver bien des souvenirs enfouis au plus profond de la mémoire collective. Elle n’est en effet pas sans rappeler la forte présence de la question des épidémies dans le passé de Marseille et de sa région, notamment au XIXe siècle. Ainsi, lorsque les épidémies de choléra s’abattaient sur la Cité phocéenne, la population fuyait dans les environs de la ville. Il n’y avait pas alors de centres de vacances pour les accueillir, mais les plus aisés se réfugiaient dans leurs bastides rurales. Les peurs qui s’expriment aujourd’hui ne sont pas sans rappeler, toutes proportions gardées, la psychose qui pouvait régner alors, à une époque où les moyens d’étudier et de combattre la maladie étaient beaucoup moins nombreux, élaborés et surtout efficaces qu’aujourd’hui. Cette psychose pouvait se manifester de bien des manières : stratégies de fuite, mesures plus ou moins dérisoires de protection, élans de ferveur religieuse, et avalanche d’études et de publications sur la maladie.

Continuer la lecture de La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle

L’Histoire, sans fin ?

Même longtemps après avoir fini ses études, on peut avoir du mal à définir un sujet, et ça peut même conduire à parler à son ordinateur (ou à aller faire des recherches au bord de la Méditerranée).

Le syndrome de la tricoteuse

Buvard publicitaire pour la marque Phildar, s.d. © Bibliothèque numérique de Roubaix, coll. Daniel Labbé

La métaphore est bien connue de toutes les tricoteuses (et pas seulement celles de l’an II) : quand on tire sur un fil de laine, c’est bien souvent toute la pelote qui vient. C’est exactement ce que je vis depuis plusieurs semaines, tout ça parce qu’une modeste idée d’article a rapidement pris des proportions inattendues.

Tout est parti des notices que j’ai rédigées au printemps dernier pour le Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (dont j’ai eu l’honneur de coordonner le projet et l’équipe scientifique depuis 2014, et qui devrait paraître dans les mois [?] qui viennent aux éditions de la BnF). Parce que le projet visait à mettre en avant des figures méconnues d’éditeurs provinciaux, et parce que quelques années de jeunesse passées aux abords de la Grande Bleue ont créé en moi un indécrottable attachement pour Marseille, je me suis occupé, pour commencer ce Tour de France, d’une centaine de cas d’éditeurs de la Cité phocéenne. Ce travail m’a donné l’occasion de véritablement découvrir l’histoire culturelle de ce coin méridional de l’Hexagone, vers lequel mes regards de chercheur parisien, travaillant à Paris (ou dans les alentours), sur une histoire se déroulant ou se faisant essentiellement à Paris, à partir de sources surtout parisiennes et conservées à Paris (ou dans les alentours, à nouveau), ne s’étaient jusque-là jamais tournées. Cette recherche de plusieurs semaines m’a permis de me rendre compte des lacunes de la bibliographie sur ce sujet (bien peu de ces hommes et de ces femmes du livre ont semble-t-il intéressé les historiennes et les historiens, même provençaux) et d’amasser une masse d’informations qui n’ont pu être toutes utilisées pour le dictionnaire. Ce matériau présentait donc la base idéale d’un article qui ne devait pas nécessiter beaucoup de recherches complémentaires. Et dans le contexte universitaire actuel, où une série de contraintes diverses nous poussent à maintenir un rythme de publications relativement soutenu, je voyais là, avec le cynisme le plus éhonté, l’occasion d’ajouter rapidement et à moindres frais, une ligne à ce fichu CV.

Mais c’était sans compter la fameuse pelote de laine.

Continuer la lecture de L’Histoire, sans fin ?

Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (3) Par delà les grandes périodes : aires non-occidentales et approches thématiques

Voir les billets précédents : Présentation et résultats généraux de l’enquête et Les quatre périodes canoniques.

Un intérêt non-négligeable pour l’histoire des aires non-occidentales

Une partie du questionnaire proposé aux étudiants pour étudier leur goût pour l’histoire portait sur les segments de cette histoire qui ne concernent pas le monde européen et occidental. Une question proposait aux étudiants d’indiquer s’ils avaient ou non de l’intérêt pour l’histoire de huit grandes aires (Monde arabo-musulman, Afrique précoloniale, Amérique précolombienne, Civilisations d’Extrême-Orient, Civilisation indienne, Civilisations de l’Australie et du Pacifique). La question invitant à donner des réponses libres sur les sujets préférés a permis également de recueillir quelques éléments qualitatifs supplémentaires.

Continuer la lecture de Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (3) Par delà les grandes périodes : aires non-occidentales et approches thématiques

Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (2) Les quatre périodes canoniques

Deux questions posées dans l’enquête sur le goût pour leur discipline des étudiantes et étudiants de la Licence d’Histoire de l’UVSQ (voir le billet de présentation de cette enquête) leur permettaient d’indiquer leurs préférences en termes de périodes.
Une première les invitait à dire si une sélection de sous-périodes prédéfinies aux sein du découpage canonique les intéressaient ou non (voir les graphiques n° 1 à 5).
Une seconde leur proposait d’indiquer des sujets plus précis sous forme de réponse libre, sans limitation du nombre de réponses possibles. Des exemples étaient suggérés, qui ont pu le cas échéant biaiser les résultats.
131 étudiant.es ont répondu à la première réponse, et seulement 96 à la seconde. 255 éléments ont été donnés, certains se répétant bien sûr d’un.e étudiant.e à l’autre et permettant de voir les sujets les plus populaires (voir le graphique n° 6), d’autres reprenant les catégories de la première question (ces éléments de réponse n’ont donc pas été pris en compte).
Je me borne dans ce billet à livrer le résultat de ces deux questions. Je proposerai dans un billet ultérieur des éléments d’explication sur les préférences des étudiant.es pour tel ou tel thème ou telle ou telle période, à partir de questions sur les origines de leur goût pour l’histoire.

Un grand éclectisme

Continuer la lecture de Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (2) Les quatre périodes canoniques

Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (1) Présentation et résultats généraux

Cette enquête a été menée dans le courant de l’année 2018 auprès des étudiantes et des étudiants des trois années de Licence d’Histoire de l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), Licence organisée par l’équipe du Département d’Histoire sur le site de Guyancourt.

Continuer la lecture de Enquête sur le goût de l’histoire chez les étudiantes et étudiants de l’UVSQ (1) Présentation et résultats généraux

L’histoire en pièces : Stéphane Bern, la Monnaie de Paris et le passé national

Il est partout. Stéphane Bern, le « Monsieur Secrets d’histoire » du service public et le « Monsieur Patrimoine » de la présidence Macron, confirme encore un peu plus, en cette fin de mois de mars,  son statut d’historien-médiatique-officiel-omniprésent-et-préféré-des-Français-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire, alors que la Monnaie de Paris lance une nouvelle collection intitulée « Pièce d’histoire ». 23 pièces sont prévues, dont douze ont été dévoilées le 26 mars. L’animateur a largement contribué à en opérer la sélection et la description, et à assurer la campagne de promotion de cette opération, à coups d’interviews dans les médias et d’annonces filmées. A quelles fins ?

Continuer la lecture de L’histoire en pièces : Stéphane Bern, la Monnaie de Paris et le passé national

Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà…

La récente publication par le ministère de l’Éducation nationale d’une étude d’impact liée au projet de loi sur l’ « Ecole de la confiance » suscite la polémique. Comme le note François Jarraud dans un article publié sur le site du Café pédagogique, une disposition entrouvre en effet la porte à une possibilité de censure de la parole publique des enseignants, notamment sur les réseaux sociaux. Une décision qui choque mais qui s’inscrit dans une double tradition de l’administration de l’enseignement de la France : le musèlement de la parole enseignante d’une part, et une politique de communication visant à donner une image lisse et positive du monde scolaire.

Continuer la lecture de Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà…

Quelques affiches à caractère historique du XIXe siècle

Livres, théâtre, spectacles… : l’histoire est très présente dans les loisirs au XIXe siècle, et les affiches publicitaires, alliant références au passé, symbolique plus ou moins subtile et mise en scène kitsch sont souvent un régal pour les yeux. La vingtaine d’affiches présentées et expliquées ici sont représentatives de l’esthétique si particulière de ces objets culturels, et de leurs évolutions, des années 1840 au tournant du XXe siècle.

[NB : sous chaque image, un lien permet de la retrouver et de la télécharger en meilleure résolution

Pour citer cette page : Jean-Charles Geslot, « Quelques affiches à caractère historique du XIXe siècle », in Histoire et culture au XIXe siècle, 1 décembre 2018, https://hisculture19.hypotheses.org/353.

Affiche n° 1

[auteur non identifié] Histoire du siècle 1789-1889 (panorama), impr. Floucaud, lith. en c., 130x96cm
(c) BnF-Gallica

On commence avec cette belle affiche, une lithographie en couleurs datant de la fin des années 1880. Elle sert à la publicité d’un panorama installé au palais des Tuileries et intitulé « Histoire du siècle ».

Continuer la lecture de Quelques affiches à caractère historique du XIXe siècle

Les best-sellers de l’histoire au XIXe siècle

Petit préambule méthodologique : on possède très peu de chiffres de vente pour le XIXe siècle. La donnée importante est alors plutôt le tirage : c’est souvent lui qui détermine, dans le s contrats, les droit d’auteur qui seront versés. Les seules données sur lesquelles on peut s’appuyer pour connaître et comparer l’ampleur de la diffusion des livres sont donc ces chiffres de tirage, fournis par les imprimeurs. Depuis le décret napoléonien du 5 février 1810, ceux-ci ont l’obligation de déclarer aux autorités tout ce qu’ils vont publier, et en combien d’exemplaires. Le but est évidemment pour le pouvoir de contrôler ce qui paraît en France… Source image : Musée de l’Armée, ParisJean-Auguste-Dominique Ingres, Napoléon Ier sur le trône impérial, huile sur toile, 1806.

Continuer la lecture de Les best-sellers de l’histoire au XIXe siècle