Archives par mot-clé : édition

Catalogue des publications historiques éditées à Marseille entre 1800 et 1870

Ce catalogue recense, de la façon la plus exhaustive possible, la liste de tous les ouvrages publiés à Marseille entre 1800 et 1870, et consacrés à une thématique historique, qu’il s’agisse de monographies érudites, de notices biographiques ou nécrologiques, de pièces de théâtre, d’essais et de réflexions sur les événements du passé, etc. Continuer la lecture de Catalogue des publications historiques éditées à Marseille entre 1800 et 1870

La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle

Marseille et ses environs sont aujourd’hui au cœur de l’actualité médicale : alors qu’un premier groupe de Français de Wuhan a déjà passé ses premiers jours dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, un deuxième avion a atterri à Istres pour permettre à d’autres rapatriés d’être pris en charge aux Milles, près d’Aix-en-Provence ; parallèlement, un début d’épidémie de pneumocoque se déclarait, fin janvier, sur un chantier naval du port entraînant rapidement une vaste campagne de vaccination. Ces nouvelles ont soulevé des inquiétudes, certains habitants redoutant la proximité de personnes potentiellement porteuses du virus.

Louis Carvin, Le Choléra, 1884. Carte du choléra en Europe, 1884 (c) BnF-Gallica

Du point de vue historique, cette irruption de la maladie dans les préoccupations des habitants de la Provence pourrait raviver bien des souvenirs enfouis au plus profond de la mémoire collective. Elle n’est en effet pas sans rappeler la forte présence de la question des épidémies dans le passé de Marseille et de sa région, notamment au XIXe siècle. Ainsi, lorsque les épidémies de choléra s’abattaient sur la Cité phocéenne, la population fuyait dans les environs de la ville. Il n’y avait pas alors de centres de vacances pour les accueillir, mais les plus aisés se réfugiaient dans leurs bastides rurales. Les peurs qui s’expriment aujourd’hui ne sont pas sans rappeler, toutes proportions gardées, la psychose qui pouvait régner alors, à une époque où les moyens d’étudier et de combattre la maladie étaient beaucoup moins nombreux, élaborés et surtout efficaces qu’aujourd’hui. Cette psychose pouvait se manifester de bien des manières : stratégies de fuite, mesures plus ou moins dérisoires de protection, élans de ferveur religieuse, et avalanche d’études et de publications sur la maladie.

Continuer la lecture de La Provence entre peste et choléra : les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle

L’Histoire, sans fin ?

Même longtemps après avoir fini ses études, on peut avoir du mal à définir un sujet, et ça peut même conduire à parler à son ordinateur (ou à aller faire des recherches au bord de la Méditerranée).

Le syndrome de la tricoteuse

Buvard publicitaire pour la marque Phildar, s.d. © Bibliothèque numérique de Roubaix, coll. Daniel Labbé

La métaphore est bien connue de toutes les tricoteuses (et pas seulement celles de l’an II) : quand on tire sur un fil de laine, c’est bien souvent toute la pelote qui vient. C’est exactement ce que je vis depuis plusieurs semaines, tout ça parce qu’une modeste idée d’article a rapidement pris des proportions inattendues.

Tout est parti des notices que j’ai rédigées au printemps dernier pour le Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (dont j’ai eu l’honneur de coordonner le projet et l’équipe scientifique depuis 2014, et qui devrait paraître dans les mois [?] qui viennent aux éditions de la BnF). Parce que le projet visait à mettre en avant des figures méconnues d’éditeurs provinciaux, et parce que quelques années de jeunesse passées aux abords de la Grande Bleue ont créé en moi un indécrottable attachement pour Marseille, je me suis occupé, pour commencer ce Tour de France, d’une centaine de cas d’éditeurs de la Cité phocéenne. Ce travail m’a donné l’occasion de véritablement découvrir l’histoire culturelle de ce coin méridional de l’Hexagone, vers lequel mes regards de chercheur parisien, travaillant à Paris (ou dans les alentours), sur une histoire se déroulant ou se faisant essentiellement à Paris, à partir de sources surtout parisiennes et conservées à Paris (ou dans les alentours, à nouveau), ne s’étaient jusque-là jamais tournées. Cette recherche de plusieurs semaines m’a permis de me rendre compte des lacunes de la bibliographie sur ce sujet (bien peu de ces hommes et de ces femmes du livre ont semble-t-il intéressé les historiennes et les historiens, même provençaux) et d’amasser une masse d’informations qui n’ont pu être toutes utilisées pour le dictionnaire. Ce matériau présentait donc la base idéale d’un article qui ne devait pas nécessiter beaucoup de recherches complémentaires. Et dans le contexte universitaire actuel, où une série de contraintes diverses nous poussent à maintenir un rythme de publications relativement soutenu, je voyais là, avec le cynisme le plus éhonté, l’occasion d’ajouter rapidement et à moindres frais, une ligne à ce fichu CV.

Mais c’était sans compter la fameuse pelote de laine.

Continuer la lecture de L’Histoire, sans fin ?