Archives par mot-clé : historiographie

L’histoire face au roman national

Temps de lecture : pas trop long

A propos de : David Gaussen, Qui a écrit le roman national ?, Marseille, Éditions Gaussen, 2020, 253 p.

Je précise pour dissiper toute ambiguïté que je connais l’auteur de l’ouvrage en question, que j’ai déjà rencontré plusieurs fois et avec qui j’entretiens des relations cordiales. Nous travaillons sur les mêmes thématiques (une approche socio-culturelle de l’histoire comme discipline au XIXe siècle). Il m’a courtoisement offert un exemplaire de son livre lors d’un récent séjour de recherches que j’ai effectué à Marseille, où il est installé.

On a beaucoup glosé sur le roman national. Objet de polémiques, de récupérations, mantra de notre débat contemporain, il a suscité ces dernières années autant d’anathèmes définitifs que d’invocations béates. Chacun s’accorde plus ou moins sur une définition (une vision idéalisée du passé national à des fins d’exaltation patriotique) et un contexte de cristallisation, sinon de naissance (le temps de l’école de la IIIe République), mais tout cela reste assez vague. Ce flou artistique témoigne d’une réalité : jusque-là la question du roman national n’avait jamais fait l’objet d’une étude complète et synthétique sur ses origines, son évolution et les réactions qu’il suscite. Le principal intérêt de l’ouvrage dont il est ici question est donc de placer ce fait-là dans l’alambic de l’historien, et de revenir sur un certain nombre d’idées reçues. C’est la raison pour laquelle il doit être lu par toutes celles et tous ceux qu’intéressent l’histoire, l’histoire de France, la façon de l’écrire, et les implications de cette écriture dans la société.

Continuer la lecture de L’histoire face au roman national

L’Histoire, sans fin ?

Même longtemps après avoir fini ses études, on peut avoir du mal à définir un sujet, et ça peut même conduire à parler à son ordinateur (ou à aller faire des recherches au bord de la Méditerranée).

Le syndrome de la tricoteuse

Buvard publicitaire pour la marque Phildar, s.d. © Bibliothèque numérique de Roubaix, coll. Daniel Labbé

La métaphore est bien connue de toutes les tricoteuses (et pas seulement celles de l’an II) : quand on tire sur un fil de laine, c’est bien souvent toute la pelote qui vient. C’est exactement ce que je vis depuis plusieurs semaines, tout ça parce qu’une modeste idée d’article a rapidement pris des proportions inattendues.

Tout est parti des notices que j’ai rédigées au printemps dernier pour le Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (dont j’ai eu l’honneur de coordonner le projet et l’équipe scientifique depuis 2014, et qui devrait paraître dans les mois [?] qui viennent aux éditions de la BnF). Parce que le projet visait à mettre en avant des figures méconnues d’éditeurs provinciaux, et parce que quelques années de jeunesse passées aux abords de la Grande Bleue ont créé en moi un indécrottable attachement pour Marseille, je me suis occupé, pour commencer ce Tour de France, d’une centaine de cas d’éditeurs de la Cité phocéenne. Ce travail m’a donné l’occasion de véritablement découvrir l’histoire culturelle de ce coin méridional de l’Hexagone, vers lequel mes regards de chercheur parisien, travaillant à Paris (ou dans les alentours), sur une histoire se déroulant ou se faisant essentiellement à Paris, à partir de sources surtout parisiennes et conservées à Paris (ou dans les alentours, à nouveau), ne s’étaient jusque-là jamais tournées. Cette recherche de plusieurs semaines m’a permis de me rendre compte des lacunes de la bibliographie sur ce sujet (bien peu de ces hommes et de ces femmes du livre ont semble-t-il intéressé les historiennes et les historiens, même provençaux) et d’amasser une masse d’informations qui n’ont pu être toutes utilisées pour le dictionnaire. Ce matériau présentait donc la base idéale d’un article qui ne devait pas nécessiter beaucoup de recherches complémentaires. Et dans le contexte universitaire actuel, où une série de contraintes diverses nous poussent à maintenir un rythme de publications relativement soutenu, je voyais là, avec le cynisme le plus éhonté, l’occasion d’ajouter rapidement et à moindres frais, une ligne à ce fichu CV.

Mais c’était sans compter la fameuse pelote de laine.

Continuer la lecture de L’Histoire, sans fin ?

Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

Le hashtag #MontreTaBibli a connu au mois de mai 2018 un succès certain sur Twitter. La communauté des historiens présents sur le réseau social à l’oiseau bleu s’est rapidement emparée de ce mot-dièse, pour échanger les images de ses rayonnages de livres, plus ou moins étoffés (en fonction le plus souvent de l’état d’avancée dans la carrière du propriétaire de la bibliothèque…), et plus ou moins méthodiquement rangés également.

Résultats de la recherche « MontreTaBibli » dans Google Images, 30 mai 2018.

Sans le savoir sûrement, ces historiens reprenaient en fait une pratique ancienne, déjà fort à la mode chez leurs devanciers du XIXe siècle. De Renan à Lavisse, de Taine à Michelet, montrer ses livres était déjà une habitude, en ces temps d’institutionnalisation du métier d’historien. Continuer la lecture de Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

Ouvrages d’histoire générale de la France édités ou réédités dans les années 1852-1857

Cette liste ne comprend que les ouvrages d’histoire générale de la France « des origines » jusqu’à au moins 1789.

Elle a vocation à évoluer en étant complétée, en amont ou en aval de la période, ainsi que par l’ajout d’autres ouvrages ignorés par les sources utilisées. Des liens vers les éditions consultables en ligne de ces ouvrages sont ajoutés s’ils existent. Continuer la lecture de Ouvrages d’histoire générale de la France édités ou réédités dans les années 1852-1857